Se souvenir de mon pseudo Mot de passe oublié ? | Aide
ESPACE REVISION BAC 2015

Dans cet espace dédié aux révisions du BAC 2015, tu trouveras, pour toutes les séries et toutes les matières, des annales corrigées, des informations pratiques et des fiches conseils pour être au top le jour de l'examen !
LE BAC PAR SERIE

BAC S

BAC ES

BAC L

BAC STG

BAC STI2D

BAC STD2A

BAC ST2S

BAC STL

BAC Hôtellerie

LE BAC PAR MATIERE

Réussir son TPE

BAC de français

BAC mathématiques

BAC physique chimie

BAC SVT

BAC Histoire - Géographie

BAC Philosophie

BAC anglais

BAC SES

Annales BAC

LES PLUS POUR LE BAC

Calendrier du bac

Méthodologie bac

Conseils pratiques

QUIZ de révision bac

Aide gratuite en ligne

Oral de rattrapage

Corrigés gratuits bac 2010

Corrigés gratuits bac 2011

Corrigés gratuits bac 2012

Sujets probables bac 2012

Résultats du bac 2012

ESPACE REVISION BREVET 2015

Si tu es en 3ème, tu trouveras dans cet espace tout pour réviser ton BREVET : les annales, cours, exercices, quiz, conseils et informations pratiques.

 Les forums d'aide aux devoirs intellego


  Besoin d'aide ? Envie d'aider ?


      1 -> Identifiez-vous sur le forum
      2 -> Choisissez votre forum
      3 -> Participez à une discussion
      ou
      Posez votre question
      en cliquant sur une "nouvelle discussion"

 CHARTE FORUM INTELLEGO

Pas de langage SMS.

Politesse et remerciements.

Effort sur l'orthographe.

Pas de devoir à ta place.

Rappel pour les mineurs : 
ne donne jamais des informations personnelles


Vous êtes dans le forum : 6ème - Français  
expliquer des concepts abstraits en français
Envoyé par: nikita83 (Adresse IP conservée)
Date: jeu. 1 décembre 2011 10:48:36

bonjour,
j'ai constaté chez certains de mes élèves de grandes difficultés pour passer du concret à l'abstrait. Je vous donne un exeemple: si je leur propose de choisir parmi une liste de caractéristiques, ils savent trouver celles appartenant au conte. si je pose la même question sous la forme "quelles sont les caractéristiques du conte?" c'est le trou noir pour certains élèves.
comment les aider à exprimer eux-mêmes ce qu'ils sont capables de reconnaître quand ils en voient la définition ?
merci pour vos conseils


Re: expliquer des concepts abstraits en français
Envoyé par: PMV (Adresse IP conservée)
Date: ven. 2 décembre 2011 21:37:10

Bonjour,


Votre message m'intéresse, et m'interpelle, comme disent les jeunes, dont hélas je ne fais plus partie. Mais je ne poserai pas en vieux con, ni surtout en donneur de leçons, en conseiller pédagogique ou en IPR. Simplement, j'essaierai de faire part de ma modeste expérience et des difficultés que j'entrevois dans la question.


Je suis persuadé que si les élèves n'arrivent pas à répondre correctement à une question, ce n'est pas parce qu'ils sont mauvais, mais parce que la question est mal posée. Ça, c'est "mon" postulat de départ. Si les gamins ne comprennent pas, ce n'est pas qu'ils sont nuls, c'est parce que j'explique mal.


La question "quelles sont les caractéristiques du conte" est glaçante de technicité scolaire, et en y réfléchissant bien, il n'y a rien d'étonnant à ce que des élèves de 6ème soient incapables d'y répondre. Bon nombre d'élèves de 1ère auraient les mêmes difficultés. C'est bien plus facile de choisir dans une liste proposée les caractéristiques qui pourraient s'adapter à un texte que d'élaborer une liste de caractéristiques à partir d'un texte.


Si on l'analyse bien, la question suppose un grand nombre de connaissances : connaître le mot "caractéristique", et son sens exact; je ne suis pas sûr que tous les élèves de 6ème le possèdent. Ensuite, être capable d'identifier un conte. Pas si simple, si je considère Barbe bleue, Zadig, les Contes du chat perché, les contes immoraux de Pétrus Borel ou les Mille et une nuits. Ensuite encore, je dois connaître au moins un conte, car si je n'en connais aucun, je ne pourrai pas répondre à la question. Si je n'en connais qu'un, je ne pourrai qu'énumérer les caractéristiques de ce conte, sans pouvoir les généraliser. Ce n'est que si je connais trois, quatre ou cinq contes, et que je peux clairement les identifier comme tels, que je suis en mesure de les analyser, de les comparer, de synthétiser et de formuler une réponse valable.


Pour ma part, je procèderais de cette façon : puisque je veux que les élèves aillent du concret vers l'abstrait, je dois moi-même faire la même démarche.


Je commencerais par casser la classe, par démolir le cadre, en regrettant de n'avoir pas un baobab à planter au milieu. Je pousserais les tables contre les murs et je libèrerais un espace au milieu de la salle, je ferais asseoir les mouflets par terre autour de moi et je leur dirais un conte, surtout pas un conte moderne, mais un conte bien traditionnel, bien sanglant, bien effrayant. Je leur "dirais" et non : je leur "lirais", car avant d'être un objet littéraire, le conte est un objet de tradition orale et populaire. J'essaierais d'y mettre tout le talent du "conteur", avec les inflexions de voix, les silences, les murmures, les haussements de ton, les changements de rythme. Pas facile, c'est un métier, il faut répéter, et peut-être ça ne marchera pas.


Ensuite, je leur demanderais : "qu'est-ce que je viens de vous raconter" ? Il est probable que la plupart répondront que c'est un conte, car tous les gamins sont capables de reconnaître un conte. Mais la question intéressante sera : "pourquoi dites-vous que c'est un conte ? À quoi avez-vous reconnu un conte ?" et je suis sûr que l'essentiel des bonnes réponses suivra. Ça commence par "il était une fois", c'est pour les enfants, c'est pour les bébés, ça ne se peut pas, ce n'est pas réel, et peut-être aussi "ça fait peur".
- "Il était une fois", c'était quand ? On ne sait pas, c'était il y a longtemps. Mais combien de temps exactement ? On ne sait pas. Le conte est hors du temps. Et c'est l'occasion de glisser le mot "intemporel".
- Ça se passait où ? On ne sait pas. Dans un autre pays. Dans un pays lointain. Oui, mais quel pays ? On ne sait pas. Le conte n'est pas situé géographiquement. Le conte est hors du temps et hors de l'espace.
- C'est pour les enfants, mais pourquoi ? Ce n'est pas réel, on n'y croit pas, les mots "merveilleux", "magique" devraient apparaître. Vous n'y croyez pas ? Les gros bras durciront leurs muscles, ils sont au-dessus de ça, ils ont passé l'âge. Mais les sorciers, ça n'existe pas non plus, vous n'y croyez pas, tout de même ? Non, bien sûr. Et pourtant, vous connaissez tous Harry Potter, et vous avez vu les films, le mot "fiction" devrait apparaître aussi. Et pour apprécier une fiction, il faut l'aborder sans préjugé. Alors comment apprécier un conte ? Ne faut-il pas se débarrasser de sa raison d'adulte et retrouver son âme d'enfant ?
- Est-ce que cette histoire nous apprend quelque chose ? Est-ce qu'on peut en tirer une leçon ? Est-ce qu'on pourrait l'adapter à la vie réelle ? Le mot "morale" devrait émerger.
- Et surtout, c'était un conte, parce que je l'ai "conté", et non pas lu.


En fait, je perçois l'énorme décalage entre la question "quelles sont les caractéristiques du conte", question théorique, scolaire, hautement intellectuelle, et la réalité du conte, l'histoire ra/contée, vivante, vécue non comme un devoir, non comme une abstraction, mais comme une réalité palpable, sensible. Et je pense à la préface que Romain Rolland a écrite pour un livre de Stefan Zweig : "Il faut être philistin pour trouver un plaisir dans tous ces commentaires autour des oeuvres d'art. L'oeuvre est là. Humez-la ! Lampez-la ! Que le public en reçoive, toute pure, l'impression directe ! C'est un crime contre l'art de la fausser d'avance..."


Après, bien sûr, il faudra reconstruire la classe, remettre les tables à leur place, et synthétiser tout ce qui a été dit, le formuler avec les mots justes. Mais il me semble que sans ce contact direct avec le conte, avec l'oeuvre pure et brute, toute tentative d'abstraction sera vaine ou superficielle.


Donc, avant de poser la question qui tue, je commencerais par faire humer, lamper, par donner l'impression directe. Mais bon, encore une fois, ce n'est en aucun cas une leçon ou une fiche pédagogique. Simplement une idée, nourrie tout de même par une certaine expérience.


Bon courage,
Cordialement,
PMV


Re: expliquer des concepts abstraits en français
Envoyé par: nikita83 (Adresse IP conservée)
Date: sam. 3 décembre 2011 13:19:58

Je suis persuad� que si les �l�ves n'arrivent pas � r�pondre correctement � une question, ce n'est pas parce qu'ils sont mauvais, mais parce que la question est mal pos�e. �a, c'est "mon" postulat de d�part. Si les gamins ne comprennent pas, ce n'est pas qu'ils sont nuls, c'est parce que j'explique mal.


D’accord avec ce postulat de départ ; mais il y a bien un moment où je dois commencer à employer les mots « savants » afin d’inviter les élèves à les connaître.
Je peux expliquer avec des mots courants et des exemples qui leur parlent, mais le problème est que le jargon des énoncés scolaires de quelque matière que ce soit, est truffé d’expressions consacrées et abstraites (comment définir, quels sont les caractéristiques, qu’appelle-t-on un genre etc…..)


La question "quelles sont les caract�ristiques du conte" est gla�ante de technicit� scolaire, et en y r�fl�chissant bien, il n'y a rien d'�tonnant � ce que des �l�ves de 6�me soient incapables d'y r�pondre. Bon nombre d'�l�ves de 1�re auraient les m�mes difficult�s. C'est bien plus facile de choisir dans une liste propos�e les caract�ristiques qui pourraient s'adapter � un texte que d'�laborer une liste de caract�ristiques � partir d'un texte.
Bien sûr, c’est plus facile mais dans l’école privée où se trouve l’élève que je suis en soutien scolaire en 6ème, les questions, les énoncés des contrôles sont déjà au diapason du jargon scolaire ! résultat pour cet élève : il ne sait pas ce qu’on lui demande !



Si on l'analyse bien, la question suppose un grand nombre de connaissances : conna�tre le mot "caract�ristique", et son sens exact; je ne suis pas s�r que tous les �l�ves de 6�me le poss�dent. Ensuite, �tre capable d'identifier un conte. Pas si simple, si je consid�re Barbe bleue, Zadig, les Contes du chat perch�, les contes immoraux de P�trus Borel ou les Mille et une nuits. Ensuite encore, je dois conna�tre au moins un conte, car si je n'en connais aucun, je ne pourrai pas r�pondre � la question. Si je n'en connais qu'un, je ne pourrai qu'�num�rer les caract�ristiques de ce conte, sans pouvoir les g�n�raliser. Ce n'est que si je connais trois, quatre ou cinq contes, et que je peux clairement les identifier comme tels, que je suis en mesure de les analyser, de les comparer, de synth�tiser et de formuler une r�ponse valable.


Dans la classe de mon élève, la pédagogie employée semble être de partir des règles dégagées pour ensuite les faire appliquer dans des exercices.
Une autre méthode serait peut-être plus éclairante pour certains élèves, si l’on partait d’exemples et qu’on en faisait tirer des constats par les élèves pour ensuite arriver à dégager des règles ???
Mon élève est plutôt moyen en français, l’analyse poussée des textes ne semble correspondre à rien pour lui, il lit, il comprend, il aime le texte, le conte, la poésie, mais savoir comment le texte s’est construit, là çà le dépasse totalement. Le moment où on lui demandera de produire une histoire, sera sans doute une vraie galère pour lui !



En fait, je per�ois l'�norme d�calage entre la question "quelles sont les caract�ristiques du conte", question th�orique, scolaire, hautement intellectuelle, et la r�alit� du conte, l'histoire ra/cont�e, vivante, v�cue non comme un devoir, non comme une abstraction, mais comme une r�alit� palpable, sensible. Et je pense � la pr�face que Romain Rolland a �crite pour un livre de Stefan Zweig : "Il faut �tre philistin pour trouver un plaisir dans tous ces commentaires autour des oeuvres d'art. L'oeuvre est l�. Humez-la ! Lampez-la ! Que le public en re�oive, toute pure, l'impression directe ! C'est un crime contre l'art de la fausser d'avance..."


Au nom de la sacro sainte évaluation des compétences, on ne peut se contenter de laisser les élèves humer l’histoire. On est obligé de vérifier ce qu’ils en ont retenu, ou plutôt, ce que l’on veut qu’ils en retiennent conformément au programme scolaire. Et là, selon cette grille d’évaluation, sûr que pour certains élèves, la note est faible !
Alors, sans doute que certains élèves auraient des choses intéressantes à dire sur un conte, qui n’ont rien à voir avec la liste des caractéristiques officielles du conte, mais malheureusement, ce n’est pas ce que l’on recherche ! on veut qu’ils classent, répertorient, listent des genres, des catégories et on néglige l’appropriation de l’histoire par chacun selon sa sensibilité, culture, vécu.


Apr�s, bien s�r, il faudra reconstruire la classe, remettre les tables � leur place, et synth�tiser tout ce qui a �t� dit, le formuler avec les mots justes. Mais il me semble que sans ce contact direct avec le conte, avec l'oeuvre pure et brute, toute tentative d'abstraction sera vaine ou superficielle.
Je suis d’accord avec cette approche du conte et cette méthode est « participative », comme dirait l’autre !




Si vous souhaitez répondre ou initier une discussion pour poser une question, vous devez être inscrit sur intellego et vous identifier sur le forum
Cliquez ici pour vous inscrire sur intellego.

Les forums d'aide aux devoirs


BAC 2013

BAC S

BAC ES

BAC L

BAC STG

BAC STI2D

BAC STD2A

BAC ST2S

BAC STL

BAC Hôtellerie


BAC de français

BAC mathématiques

BAC physique chimie

BAC SVT

BAC Histoire - Géographie

BAC Philosophie

BAC anglais

BAC SES


Réussir son TPE

Annales corrigées BAC

Calendrier du bac

Méthodologie bac

QUIZ de révision bac

Aide gratuite en ligne

Oral de rattrapage


Corrigés gratuits bac 2010

Corrigés gratuits bac 2011

Corrigés gratuits bac 2012


Sujets probables bac 2013


Résultats BAC 2012

BREVET 2013

BREVET de Maths

BREVET de Français

Dictée du BREVET

BREVET d'Histoire Géographie

QUIZ de révision du BREVET

Calendrier BREVET 2012

Calcul des points du BREVET 2012


Résultat GRATUIT du BREVET 2012


Sujets corrigés BREVET 2012

Sujets corrigés BREVET 2011

Sujets corrigés BREVET 2010

Sujets corrigés BREVET 2009

DOSSIERS de la REDACTION

Orientation
Vie scolaire
Culture
Santé
Soutien scolaire

TESTS D’ORIENTATION

Etes-vous fait pour la FAC ?
Atout métier
Atout orientation collège et lycée