Espace Scolarité


L'anorexie : une vraie maladie à détecter et à soigner rapidement


Loin d’être un fait anodin, l’anorexie, comme perte de l’appétit, peut révéler un mal être profond.

Sa forme la plus grave,« l’anorexie mentale », qui se manifeste comme un refus plus ou moins systématique de s’alimenter, touche 2 % des femmes et particulièrement les adolescentes, entre 14 et 18 ans.

Pouvant entraîner la mort, cette maladie doit être détectée au plus tôt pour être bien soignée. Bien souvent, une prise en charge médicale et psychiatrique s’impose.


Un conseil : soyez attentif au comportement alimentaire de votre enfant, et surtout agissez à temps ! Zoom sur l’anorexie, un trouble du comportement alimentaire trop méconnu.


L’anorexie, une maladie liée à l’adolescence

C’est en général à l’adolescence, au moment où le corps de la jeune femme se transforme, que cette maladie survient. Le passage difficile du royaume idéal de l’enfance au monde responsable de l’âge adulte, peut entraîner ce genre de trouble. Selon les spécialistes, la volonté de maîtriser de manière obsessionnelle son poids serait liée à un désir sexuel difficilement assumé.


Des causes multiples

Manque de confiance en soi, peur du regard d’autrui, de son propre désir sexuel, recherche identitaire, peur de devenir une femme, problèmes relationnels avec les parents… les causes peuvent être multiples et différentes selon les cas. Une donnée est certaine : quand la perte de l’appétit persiste ou la maîtrise du poids devient une obsession, l’anorexie n’est pas loin et il faut commencer à s’inquiéter. Il s’agit souvent d’un signe d’une détresse, d’un appel au secours de la part de l’adolescent en souffrance.


Des signes qui ne trompent pas

Si vous remarquez que votre ado commence à entamer une série de régimes, qu’elle fait vraiment trop attention à son poids, alors qu’elle est déjà très mince, amorcez vite un dialogue ! Il s’agit d’un problème sérieux. A cet âge particulièrement, le corps a besoin de calcium, de protéines, de lipides, de glucides, de sels minéraux… Eviter les graisses ou le sucre, manger des portions trop petites, peut avoir de graves conséquences, comme la « sous-alimentation ».


Mettre en garde

Posez-lui des questions, vérifiez que son désir de maigrir ne cache pas autre chose. Mettez-la en garde contre les conséquences d’une mauvaise alimentation. Il est possible de manger de tout sans grossir, tout est une question de moment ! Par exemple, il faut se régaler de fromage le matin et pas le soir, il faut juste le savoir… L’anorexique peut aussi avoir des crises de boulimie. Par moment, elle mangera de manière immodérée et se fera vomir…


De graves conséquences…

Cette maîtrise obsessionnelle du poids peut entraîner un état de maigreur extrême, une perte de la masse musculaire, mettant en danger la survie de l’individu concerné.
Le cœur étant un muscle, le fonctionnement cardiaque peut être altéré. Ce problème peut aussi entraîner un état de frilosité constant (hypothermie : abaissement de la température du corps au-dessous de la normale). Par ailleurs, l’anorexie peut entraîner de graves problèmes digestifs (ralentissement de l’évacuation des aliments) et un amoindrissement des défenses immunitaires. Le sujet peut être plus vulnérables aux différentes infections.
Un signal d’alerte à observer en particulier : le niveau de l’indice de masse corporelle. Si celui-ci est inférieur à 13, l’état est grave, s’il descend au-dessous de 11 : la vie du patient est en jeu !


Comment guérir de l’anorexie ?

Vous l’avez compris, l’anorexie peut se transformer en un problème très grave. Détectée à temps, tout va bien. Après, une fois que les symptômes sont bien installés, les conséquences peuvent être mortelles. Qui dit maladie, dit prise en charge médicale. L’anorexie doit et peut être soignée. Quand elle atteint sa forme la plus grave, une hospitalisation avec perfusion s’impose. Peu à peu, on réhabituera le corps du patient à s’alimenter normalement. En même temps, la consultation d’un psychiatre est recommandée. Parfois, une thérapie familiale s’impose car l’anorexie relève bien souvent d’un problème interfamilial.


Des chiffres inquiétants

Selon les statistiques, au moins un tiers des personnes touchées par l’anorexie guérissent durablement. Elle retrouve un poids normal et une santé psychologique. Un second tiers ne parvient pas à retrouver une alimentation normale. Ces personnes continuent de souffrir de troubles alimentaires et éprouvent des problèmes dans leur vie affective. Enfin, le reste des patients évoluerait vers une situation extrême : grave sous-alimentation et dépression. Dans bien des ces personnes ne survivent pas à cette maladie.

Un seul mot : vigilance ! Il n’y a pas de secret : plus la maladie est détectée tôt, plus les chances de guérison augmentent.


12 avril 2011 - Mathilde Vignal









Les dossiers orientation de la rédac
Comment faire son CV ?
Comment faire son CV en 10 questions


Comment faire une lettre de motivation ?
Les 10 questions qu'on se pose

Procédure Admission PostBac
Comment optimiser ses choix ?

Le secteur paramédical
Un métier… un emploi !

Les métiers de la mode
Du styliste au webmarketeur

Le secteur banque assurance
Une demande toujours plus forte en profils hautement qualifiés

Le service à la personne
Quels métier, quels diplômes ? Panorama

Alternance
Comment trouver son entreprise d'accueil ?

Ecole d'ingénieurs
Faire une prépa ou une prépa intégrée ?

Le BACHELOR
L'international à BAC+3


Cycle court BAC + 2
BTS ou DUT ?

Orthographe et expression écrite : les atouts du C.V de demain
Des progrès à faire !

« Diplôme » et « Titre professionnel », quelles différences ?
Que signifient ces dénominations ?

Réussir ses études en alternance
Dès vos premiers pas, apprenez à éviter les pièges.


L'entrée en CPGE
Quelques conseils d'une prof de prépa

La sécurité sociale étudiante
Un vrai casse-tête ?

Orientation de ses enfants
Comment les aider sans imposer ?

intellego vous propose l'actualité de la culture et de l'éducation, ainsi que des dossiers pour les parents sur l'orientation et la scolarité des adolescents, et pour réviser le BAC et le BREVET.