ESPACE revision BAC 2014

Dans cet espace dédié aux révisions du BAC 2014, tu trouveras, pour toutes les séries et toutes les matières, des annales corrigées, des informations pratiques et des fiches conseils pour être au top le jour de l'examen !
LE BAC PAR SERIE

BAC S

BAC ES

BAC L

BAC STMG

BAC STI2D

BAC STD2A

BAC ST2S

BAC STL

BAC Hôtellerie

LE BAC PAR MATIERE

TP du BAC S

Réussir son TPE

BAC de sciences

BAC de français

BAC mathématiques

BAC physique chimie

BAC SVT

BAC Histoire - Géographie

BAC Philosophie

BAC anglais

BAC SES

Annales BAC

LES PLUS POUR LE BAC

Corrigés gratuits bac 2014

Calendrier du bac

Méthodologie bac

Conseils pratiques

QUIZ de révision bac

Aide gratuite en ligne

Oral de rattrapage

Corrigés gratuits bac 2010

Corrigés gratuits bac 2011

Corrigés gratuits bac 2012

Corrigés gratuits bac 2013

Sujets probables bac 2014

Résultats du bac 2014

Vous êtes dans l’intelleblog de

miss_melusine


La 1ère ES/L à la loupe

» Travaux Personnels Encadrés

TPE : Dossier Final -> "La censure au théâtre au XVIIème" (1ES)


21 Mai 2009 Consulté 15043 fois
TPE - 1ère ES - Théâtre
Profs
Elèves
Parents
Imprimer Envoyer à un ami Ajouter à ma bibliothèque
Noter  

TPE :

"La censure au théâtre au XVIIème siècle"

Voilà, après ma décision de mettre en ligne un dossier de ECJS rendu et même très bien noté, j'ai décidé de mettre une partie de notre dossier des TPE en ligne. Une partie seulement afin que certains petits malins ne puissent se tourner les pouces durant 5 à 6 mois et faire un p'tit tour sur Internet et un copier-coller.

C'est sûr que les documents présentés sont les plus inportants mais il manquera les petits plus qui font que le dossier présenté se démarquera des autres.

Il faut savoir que notre sujet est peu courant (aux dires des profs et examinateurs) pour des élèves de ES mais très intéressant. Il se rapporte au thème "Contrainte(s) et liberté(s)". Pour l'oral, nous avons écrit ensemble une pièce de théâtre mais nous avions comme second projet de jouer des extraits de Dom Juan (scène non censurée) et Tartuffe : deux élèves auraient joué des acteurs venant présenté à un censeur ce qu'ils veulent présenter au Roi lors d'une fête. LE censeur refuse TArtuffe et donc les acteurs proposent en second choix Dom Juan.

L'idée était excellent (selon moi) mais n'a pas été adopté à cause de problèmes de groupe et par la fait que nous avons tardé à nous décidé.

Avertissements : les TPE sont une occasion de grapiller des points au BAC, c'est pourquoi je conseille de les faire attentivement et sérieusement. C'est grâce à ces points (coeff 2 si vous avez plus de 10) que vous pourrez peut-être avoir une mention. Choississez des partenaires sérieux et que vous connaissez assez bien. Dans notre classe (en tout cas), même les ami(e)s les plus proches ont eu à un moment ou à un autre des tensions et même des disputes à cause des TPE. N'attendez pas le derniers moments parceque c'est pas avec la corde autour du cou que vous travaillezrez le mieux. Alors bôssez et courage !

 


 

  Sommaire
Sommaire Page 1
Sondages Page 2
Biographie de Molière Page 6
Lettres à Molière, missives Page 10
Dossier sur la censure au XVIIème siècle Page 11
... Page 35
... Page 36
... Page 37
... Page 38
... Page 41   ****   Sondage
Ce mois-ci, dans « A la Racine du théâtre », nous avons été arpenté les rues de Paris et d'une petite ville pas très loin.
Nous y avons alors sondé quelques passants ayant accepté de répondre agréablement à nos demandes.
Nous présenterons les réponses sous forme de diagrammes haut en couleurs afin que vous puissiez vous représenter vous-même les formes de réponses fournies. GRAPHIQUES x6 ****   La Censure au théâtre au XVIIème siècle et en France, une réalité ?   LA CENSURE AU THËATRE ETAIT-ELLE REELLEMENT UNE CONTRAINTE EXIGEANTE FACE A LAQUELLE LES AUTEURS DEVAIENT FAIRE FACE ? COMMENT MOLIERE A-T-IL GAGNE « CE COMBAT » FACE A L'AUTORITE DIRIGEANTE DE L'EPOQUE ? NOUS AVONS ENQUETE...
Par X, Yet Z

  • LA CENSURE

Définition : La censure, est une limitation de la liberté d'expression de chacun. Elle passe par un examen fait par le(s) détenteur(s) du pouvoir (religieux, …) des livres, journaux, films ou pièces de théâtre avant d'en autoriser la publication. La censure peut être décrété avant (censure a priori) ou après (censure a posteriori) leur diffusion. Au XVIIème siècle, on peut la définir comme un pouvoir qu'exercent les dirigeants de la société (plus ou moins influencés par certains personnages éminents) sur les œuvres de l'époque selon qu'on les jugeait « correctes » ou non, c'est-à-dire si elles choqueraient les spectateurs ou si elles étaient critiquaient trop le régime en place.


HISTOIRE DE LA CENSURE La censure est une forme de contrainte présente tout au long de l'histoire ; cependant, on peut définir qu'elle remonterait probablement à l'époque romaine et aurait été inventé environ en -443 avant JC. Le nom de « censure »découlerait du poste de « censeur » composant le cursus honorum (prestigieuse carrière des honneurs sous les Romains) qui devait s'assurer que les mœurs étaient respectés et maintenus. En cas de censure, des mesures étaient prises visant d'une certaine manière à punir les auteurs d'œuvres censurées. Ainsi, Socrate (environ en -399 av JC), à la suite d'une mesure de censure, fut condamné à boire un poison qui le tua. Il avait en effet, été accusé de pervertir les plus jeunes et de représenter un danger pour l'ordre social ****   La censure est aussi fortement utilisée à partir de la naissance de l'Église catholique afin de discréditer les hérétiques. Malgré des mesures fortes, de nombreux livres échappèrent aux contrôles forts exercés et furent copiés et circulèrent ce qui entraîna des méthodes de répression conséquentes. En France, la censure est légalisée en 1629 par Richelieu, qui la définit comme un privilège royal qui auparavant était sous l'autorité de l'Église. Elle vaudra à certains auteurs comme Voltaire de finir à la Bastille à la suite d'une censure. Avec la Révolution Française de 1789, elle est cependant abolie dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen (DDHC):
« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi » d'après l'article X de la DDHC de 1789 «  La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas prévus par la loi. » d'après l'art XI de la DDHC de 1789

 

Malgré cela, la censure est officiellement légalisée sous Napoléon en 1810 environ. Elle disparaît officiellement avec le décret de 1881 sur la liberté de la presse instaurant un contrôle des informations diffusées après celle-ci afin de limiter les abus pouvant subvenir. Elle fut cependant utilisée lors des guerres Mondiales avec l'exemple de l'hebdomadaire le « Canard Enchaîné » dont de nombreux articles ont été censuré sous le régime de Vichy. Elle prit aussi sous la même période (durant les guerres) la forme de « censure postale » qui consistait à lire les missives et d'y apposer des signes prouvant qu'une censure était appliquée ; cette « censure postale » prit aussi forme avec la naissance des postes royales qui elle, contrairement à celle pratiquée durant la guerre, était secrète.
CONTEXTE DE L'EPOQUE
a) Culture et littéraire
Siècle des innovations du point de vue artistique, le pouvoir soutient les artistes et notamment le « classicisme français »et la création de l'Académie française qui avait pour fonction de d'établir des normes du point de vue du vocabulaire, de la syntaxe. « La querelle du Cid » en est le parfait exemple avec son soucis poétique. Du côté du théâtre, on observe sous Louis XIII et grâce à Richelieu en 1641, la réhabilitation du métier de comédien et la facilitation des représentations avec notamment plus de subventions accordées. Au niveau littéraire, on peut observer la création de salons et cercles littéraires tenus en général par des femmes savantes et cultivées, et qui se réunissaient à des dates régulières avec des gens de lettres et auteurs afin de parler des œuvres « à la mode ». L'hôtel Rambouillet animé par Catherine de Vivonne était ainsi réputé pour son raffinement, sa bienséance, son honnêteté et sa vie de l'esprit ; celui de Mlle de Scudéry était aussi connu et invitait ainsi tous les samedis un cercle d'intimes et de personnalités. Le XVIIème siècle, est aussi marqué par la création pour la toute première fois de dictionnaire visant à établir des règles afin d'encadrer la langue française avec notamment le dictionnaire de la langue française de l'Académie française en 1694. Enfin, du point de vue esthétique, on peut souligner l'importance des deux mouvements récurrents : le baroque et le classicisme. Fortement dominée par une idée de flou, une incertitude et de prospérité, le baroque s'oppose au classicisme, plus neutre, caractérisé par ses règles et son ordre et qui s'impose à peu près à la seconde moitié du XVIIème siècle. On retrouve même cette idée de « classicisme » avec le type de régime qui était la monarchie absolue : le roi, Louis XIV, détient le pouvoir, est le seul à gouverner et concentre les pouvoirs ; il crée des institutions, académies visant à encadrer la pensée, les arts et les doctrines de l'époque (création de l'Académie française en 1634, Académie royale de peinture en 1665). ****   b) Politique
Du point de vue politique, le XVIIème siècle peut se diviser en deux grandes parties :
- De 1610 à 1661 (assassinat d'Henri IV et prise du pouvoir par Louis XIV) : Cette période est très agitée politiquement du fait notamment de la Fronde, de la révolte de la noblesse contre l'autorité royale.
De nombreux complots sont préparés, des rivalités apparaissent et des assassinats politiques sont commandités. A la mort d'Henri IV, sa femme, Marie de Médicis prend le pouvoir pour remplacer son fils, Louis XIII qui n'a alors que neuf ans. Sa régence, est désastreuse du fait de son inexpérience ; les affaires sont mal gérés et des conflits apparaissent entrainant des troubles dans le royaume. L'enfant Roi, de son côté, est malheureux ; d'abord peiné après la mort de son père son enfance est assez triste : sa mère le délaisse et affiche ouvertement sa préférence pour un de ses frères. Louis XIII affirme alors son mépris pour les dirigeants italiens et favoris de ma mère dirigeant alors le royaume à sa place. Louis XIII est alors très renfermé, timide et son trouble s'aggrave quand, a à peine quatorze ans, sa mère Marie de Médicis décide de le marier à l'infante d'Espagne, Anne d'Autriche. Le couple royal ne mettra près de quatre ans pour se lier intimement. Le Roi accède au trône en avril 1617 après un coup de force lié à l'assassinat du favori de sa mère, qu'il aurait ordonné ; mais son accès au pouvoir n'est pas facilité par sa mère, qui à la suite de son exil, lève une armée contre son fils. Par deux fois, la mère et le fils s'affronte : en 1619 qui finit par une traite par la traité d'Angoulême en avril 1619 qui interdit à la Reine-Mère de siéger au Conseil du Roi ; en 1620, Marie de Médicis se venge et déclenche une guerre civile qui s'achève par sa défaite en avril. Le Roi décide alors de se réconcilier avec elle et l'autorise à siéger au Conseil ; Richelieu en est l'instigateur. S'en suit alors des années de règne dont le plus important est que le Roi déclare en 1635 la guerre à l'Espagne et qu'après quelques années de guerre, la France parvint à l'emporter. Son mariage est très fragile et après de nombreuses fausses couches et disputes conjugales, Anne d'Autriche donne à Louis XII un héritier mâle en 1638 appelé quelques années plus tard Louis XIV ; en 1640, un second héritier mâle naît, Philippe, et sera le futur duc d'Orléans.


Marie de Médicis

Louis XIII

Années de règne

1610-1617

1617-1643

Prédécesseur


Successeur

Henri IV


Louis XIII

Marie de Médicis


Anne d'Autriche

Apports à la France

- Union avec l'Espagne

- Convoca-

tion des États Généraux

- Paix religieuse avec liberté de pratiquer ouvertement sa religion

- Agrandissement important du territoire avec le Béarn et Navarre par exemple

Intime(s)

Léonora Galigaï et Concino Concini


Cardinal de Richelieu

Mesures majeures

- Sursis des protestants

- Richelieu secrétaire d'État

- Confirmation de l'Edit de Nantes par l'Edit de Montpellier en 1622

- Mesures religieuses et caritatives

Personnalité

- Reine déléguant le pouvoir

- Faire confiance à se favoris

- Désintérêt pour son fils Louis xIII

- Roi guerrier : passion pour les chevaux, chasse et armes

- Roi religieux : très pieux et catholique mais aussi tolérant envers protestants


Pour résumer de façon plus simple cette période, nous pouvons dire :
  • Période d'agitation politique avec notamment noblesse qui se révolte contre le pouvoir royal, la Fronde
  • Période de multiples complots, assassinats politiques
  • Régence de Marie de Médicis pour son fils Louis XIII avec notamment deux grands conflits qui scindent la France en deux. Victoire de Louis XIII ; finissent par se réconcilier
  • Naissances de deux héritiers dont Louis XIV qui a 5 ans environ quand son père meurt donc régence d'Anne d'Autriche
- De 1661 à 1715 (prise du pouvoir par Louis XIV jusqu'à sa mort) : A la mort de Louis XIII, ****   en 1643, son fils Louis XIV est alors âgé d'environ cinq ans. Comme à la mort de son grand-père Henri IV, c'est sa mère qui prend alors le pouvoir en attendant que l'héritier soit jugé apte à gouverner. Son enfance est fortement marquée par la Fronde.

Définition: la Fronde, est une période durant laquelle des troubles ont été observés. Ils auraient été dus aux pressions fiscales (rapport entre le total des impôts perçus par l'État ainsi que les collectivités locales et la valeur de la production intérieure brute ; causées par les dépenses pour financer la guerre, l'augmentation des impôts), à la remise en cause des privilèges (causée par la multiplication de postes parlementaires qui à cette époque, était achetés; selon une tendance économique simple, la multiplication de l'offre fait baisser le prix d'achatcausant le mécontentement des parlementaires ayant déjà acheter leur charges) et au renforcement de la monarchie dans le but de faire gouverner le pouvoir royal seul (fin des États Généraux qui pour le peuple étaient un moyen de faire entendre son mécontentement et le pouvoir au main du Roi conseillé par un seul homme au lieu du Conseil du Roi). La Fronde peut cependant se diviser en deux grandes parties qui seraient la Fronde parlementaire de 1648 à 1649 opposant les parlementaires à la monarchie traditionnelle ; la seconde étant la Fronde des Princes de 1651 à 1653 opposant cette fois les nobles à la monarchie. Elle se termine par le retour au calme et à la conservation de la monarchie en place du fait de l'impossibilité de former une coalition ralliant ou soumettant une majorité de la population.



Dans le cas de Louis XIV, on peut dire que sa constante peur des révoltes des nobles face au pouvoir royal, est sans doute due à un déterminisme social. C'est une approche expliquant le comportement des individus à partir des évènements vécus, du milieu social dans lequel ils vivent. Dans son cas, Louis XIV a été traumatisé par la Fronde ; de ce fait, il garde une grande hantise de la noblesse et tentera alors à maintes fois de réduire le pouvoir de la noblesse en la forçant à le servir. Ce déterminisme montre bien, que le milieu social, des évènements arrivés pendant l'enfance, peuvent être notamment à l'origine de certains comportements durant l'âge adulte. Toutefois, la socialisation n'est pas la seule responsable de cette « reproduction » des influences subies par l'enfant. On peut la lier à la culture qu'il acquiert : par son apprentissage (en répétant, imitant ce qu'il a vu son entourage faire mais aussi par son aspect « coercitif » = contraignant du fait des punitions et récompenses qu'il reçoit selon ses agissements) et par son intériorisation (interactions avec l'entourage et donc acquisition d'un rôle). Il monte sur le trône à la mort de Mazarin en 1661, alors ministre général. Connu pour sa monarchie de droit divin, ce fut un grand amateur de peinture, architecture, musique et danse ce qui lui vaudra de construire de nombreux monuments comme le château de Versailles, l'Hôtel des Invalides, la création de l'Académie française dont il devient le protecteur. Il a gouverné de façon autonome, se faisant parfois aider de Colbert. Louis XIV est connu pour ses victoires guerrières, sa réorganisation de l'armée qu'il revalorise, sa « remise » à neuf de l'armée maritime jusqu'alors délaissé des gouvernements. D'un point de vue économique, Louis XIV tente de renflouer les caisses de l'État. Grâce à Colbert, la France se dote alors du colbertisme qui est une manière de commercer en limitant les importations et augmentant les exportations, produisant alors un solde extérieur fort. Le solde extérieur, mesure la différence entre les exportations et importations ; étant supérieur à 0 durant le règne de Louis XIV, cela signifie, que la France possédait un excédent commercial. L'échange international ou européen présente en effet des intérêts non négligeable : du fait de son mécénat, la France possède des produits qu'elle exporte de qualité qui sont recherchés. Du fait de cette demande, la production augmente et le coût unitaire de la production diminue. Cette réussite commerciale est en réalité due à la politique de protectionnisme en vigueur, aux manufactures spécialisées se développent en France, développement des colonies vers lesquelles une partie de la production est envoyée et par le transport des marchandises par la marine royale afin d'éviter des vols. Malgré cela, Louis XIV est plutôt connu comme un homme dépensant trop en faisant la guerre.

Définition : le protectionnisme, est une politique d'un État, visant à intervenir dans l'économie pour protéger ses entreprises ou manufactures en instaurant des politiques de subventions favorisant les exportations, en augmentant les frais de douanes lors des importations afin de les limiter.

 

Au niveau social, Louis XIV favorisait le développement des colonies en y envoyant des jeunes filles à marier orphelines, des handicapés et des certains militaires. Des amendes devaient être payées si dans les colonies, des filles de plus de seize ans étaient non mariées et si des célibataires de plus de vingt ans subsistaient. Du côté religieux, malgré qu'il soit très pieux, Louis XIV prône le gallicanisme qui était une pratique relieuse et politique exigeant une Église catholique de France autonome vis-à-vis de celle de Rome. Le pape est quand même reconnu comme un homme avec un « pouvoir » spirituel et juridique mais sa puissance est contestée. Du point de vue religieux, la révocation de l'Edit de Nantes, signé en 1598, interdit la pratique ****   du protestantisme. Une conversion est alors proposée aux protestants mais il faut observer que pour la plupart, cette conversion était superficielle et fausse. Elle servait de « couverture » et n'empêchait pas certaines familles de pratiquer illégalement en risquant des répressions. Après plusieurs années de règne, Louis XIV s'éteint après environ une semaine d'agonie dans son château de Versailles en laissant comme successeur son fils Louis XV à peine âgé de cinq ans. Après sa mort, c'est sa femme, qui reprend la régence en attendant la majorité de Louis XV.


Anne d'Autriche

Louis XIV

Années de règne

1643-1661

1661-1715

Prédécesseur


Successeur

Louis XIII


Louis XIV

Anne d'Autriche


Louis XV

Apports à la France

- Mariage politique résultant d'un accord entre la France et l'Espagne

- haine contre Richelieu

- Soutien la Compagnie du Saint-Sacrement

- Absolutisme du droit divin

- Culture grâce aux protections des artistes

- Classicisme et baroque

- Château de Versailles

- Création Hôpital général de Paris

- Réorganisation de l'armée terrestre et maritime

Intimes

Cardinal Mazarin (Premier Ministre)

Colbert, Louvois

Mesures majeures

- Soupçonné de comploter avec son frère, roi d'Espagne

- Favorise la création de la Compagnie du Saint-Sacrement en France et la soutient fortement

- Développement économique, colonial et commercial grâce à Colbert

- Influence française en Europe

- Révocation Édit de Nantes

- Création du Conseil Royal des finances

- création d'une police moderne

Personnalité

- Femme avec un grand sens de la politique

- Aide son fils lorsqu'il est au pouvoir

- Roi Soleil

- Vaillant, survit à des maladies graves

- Homme cultivé, de goût aiment s'amuser

- Grand chasseur et guerrier


Pour résumer cette période, nous pouvons retenir :
  • monarchie de droit divin, la stabilité politique et économique du royaume

c) Social
Du point de vue social, on remarque l'idéologie selon laquelle l'homme peut devenir honnête, est cultivé et sociable. Les courants philosophiques y ont aussi une grande place puisqu'ils préconisent que la Raison devient l'élément maître de l'esprit et doit influencer la disciple et le comportement. Le courant des Précieuses est aussi très présent et se rapport plus aux femmes. Il s'agit d'un phénomène social qui portait des revendications morales, culturelles et féministes et qui sévissaient dans couramment dans les salons. Les Précieuses, désiraient donner plus de valeur à l'être humain et visaient à civiliser les hommes et femmes. On distinguait les Précieuses de part les ajouts effectués dans le langage (les « fauteuils » devenaient les « commodités de la conversation » et le « miroir », le « conseiller des grâces »), les habits, la politesse et les sentiments. En effet, ils cherchaient sans cesse, une quête du raffinement. L'art de la conversation est un des point majeur des Précieuses ; on a en effet, l'habitude de commenter les dernières œuvres parues, des débats psychologiques sont organisés et imaginés par les auteurs. Durant ces conversations, on critique aussi la condition des femmes, que l'on juge trop contraignante : on désire qu'elles aient accès aux études et à la culture, qu'elles aient le droit de choisir leur époux, d'espacer les naissances, une égalité entre hommes et femmes. C'est une certaine forme de féminisme ; on vante la galanterie, les passions amoureuses qui succèdent aux longues amitiés. ****  d) Organisation de la société
Au XVIIème siècle, la société est divisée en trois avec les trois ordres : le Clergé, la noblesse et le peuple. Ce sont des groupes fermés où on y naît, on s'y marie et on y meurt. Chaque ordre a des fonctions et droits définies qui sont différents les uns des autres. Cette société d'ordre est légitimée par la religion et 'inégalité entre les ordres est précisé dans la loi. C'est une sorte de stratification sociale. Par exemple, dans la noblesse, le sang doit être pure pousse à favoriser l'endogamie (on se marie dans un même ordre) ; on s'y transmet des fonctions sociales qui sont héréditaires ainsi, la noblesse ne peut exercer des professions mercantiles (relatives au commerce). Dans chaque classe, une certaine homogénéité sociale apparaît du fait de comportements identiques (mode de vie, opinions) mais aussi de caractéristiques économiques (revenus similaires ou avoisinants). GRAPHIQUE REALISE PAR NOS SOINS RESULANT L'ORGANISATION DE LA SOCIETE SOUS FORME PYRAMIDALE   e) Religieux et moral
Le XVIIème siècle, est une période durant laquelle les tensions religieuses sont apaisées grâce à l'édit de Nantes d'Henri IV de 1598 qui met fin aux guerres de religion. Cependant, sa révocation par Louis XIV en 1685, met fin à la paix et contribue à la fin de la tolérance des protestants. De plus, il permet un développement d'un certain libertinage intellectuel qui est cependant fortement combattu par l'Église. Rome décide de contrôler en partie les libertins et tout ce qui pouvait atteindre l'Église ainsi que le pouvoir en place en instituant la Compagnie du Saint-Sacrement, qui avait pour rôle de dénoncer des traitres, de censurer des pièces par exemple. Elle exerçait aussi une pression sur des imminents personnages comme le prince de Conti qui jusqu'alors protecteur de Molière se convertit brutalement et devient alors ennemi des divertissements. Il coupe les subventions accordés aux comédiens, les accuse puis les congédient. Le pouvoir de la Compagnie était donc puissant puisqu'elle pouvait aussi par la biais de ces membres, ordonné la censure d'une pièce si elle ne lui convenait pas. « L'Ecole des femmes » de Molière et de 1662 en à fait les frais, en étant censurée après avoir pourtant été représenter à la Cour le 12 mai 1664 et ce, par les actions de l'archevêque de Paris qui était intervenu auprès du Roi. Il faut cependant noter qu'une censure était publique ; c'est-à-dire que dans le cas de « l'Ecole des femmes », Molière représenta, après cette censure, sa pièce dans des cercles privés comme chez le belle-sœur du Roi par exemple et qui étrangement , ne jugèrent pas la pièce offensante ! Pour résumer :

Compagnie du Saint-Sacrement

Les Jansénistes

Les Jésuistes

- empêche les différents politiques et les « écarts » des religieux

- est contre les Jansénistes

- pourchasse les libertins

Dieu décide de tout, ils sont élus

- ce sont les dévots qui font partis de la Compagnie du Saint-Sacrement

- ont obligé « Tartuffe » à être censuré

- peuvent gagnés un salut spirituel par leurs actions (bénévolat, donations...)

****  CENSURE ET THEATRE AU XVIIEME EN FRANCE
Au XVIIème siècle, le théâtre pouvait revêtir deux sortes : la tragédie ou la comédie. La tragédie, est une pièce inspirant la terreur, pitié devant purger les passions : c'est sa fonction cathartique tandis que la comédie, doit être comique et rappelé le principe « castigo morendo mores » (doit corriger les mœurs en riant). Pour cela, l'écrivain imagine des pièces inattendues et plus drôles les unes que les autres. Il pouvait aussi être lu ou représenté selon la préférence des auteurs ; il avait cependant, un réel soucis de plaire mais aussi d'instruire. Il devait être capable de susciter la pitié et crainte ; la purgation des émotions reviendraient donc à une représentation des souffrances qui engendreraient une certaine passion, crainte et compassion reconnaissable par leurs transports et excès.


Comédie Classique (2ème moitié du XVIIème siècle)

Tragédie classique (XVIIème siècle)

Lieu(x)

Intérieurs bourgeois ou domestiques, cadre urbain

Palais dans l'Empire grec ou romain

Époque représentée

Contemporaine de l'auteur et du public

Antiquité, époque biblique

Personnages

Un couple, maître qui est dupé et un valet rusé

Personnages de haut rang (rois, reines, héros mythologiques, généraux)

Intrigue

- Thème de l'amour contrarié par un père et thème de l'argent

- Dénouement heureux avec en général un mariage

- Thème de l'amour contrarié par une fatalité divine (le fatum) et réflexion sur le pouvoir

- Dénouement malheureux avec séparation définitive ou la mort

Formes

Registre courant ou familier, prose ou vers de 1 à 5 actes

Registre soutenu, rédigée en alexandrins et composée de actes

Règles

Règles assez souples

Règles de 3 unités, de vraisemblance et de bienséance

Fonctions

- Faire rire

- Critiquer, faire une satire des mœurs de l'époque

- Instruire en donnant une leçon de morale au spectateur

- Plaire et séduire le spectateur par la beauté du texte et sa forme

- Émouvoir par les larmes

Exemples

« Le Bourgeois Gentilhomme » de Molière ;

« Phèdre » de Racine

****    En fait, on peut probablement résumer la comédie en disant qu'elle fait rire à cause de la différence qu'elle instaure entre la situation du personnage (bêtise, grossièreté, méchanceté) et le spectateur (qui est lucide, s'amuse). Une prise de distance se crée alors, on se moque de ses propres défauts par le biais du comédien. Cela demande cependant, une bonne connaissance de soi et encourage le spectateur à refuser les excès.
a) Causes de la censure
Au XVIIème siècle, le théâtre était décrié et on déclarait qu'il empiétait sur l'Église en faisant des passions des travers. Seuls les jésuites l'utilisaient de manière pédagogique en invitant leurs élèves à incarner des comédiens. En 1630 notamment, un querelle éclate en France sur son immoralité ; Richelieu la stoppe en instaurant une protection des comédiens et en réhabilitant le métier (1641). Ces opinions différentes notamment dues au manque ou absence totale d'éducation du peuple, favorise les censures car les auteurs souhaitaient montrer la société comme elle était, avec ses inégalités économiques (impôts), sociales (privilèges en tout genres) et politiques (approche du Roi possible à partir d'un certain rang social).
  • Influence de l'Église : gouvernant sous le principe de monarchie absolue de droit divin, Louis XIV entretient donc une relation privilégiée avec Dieu puisque la monarchie absolue de droit divin repose sur le principe que le monarque est désigné par Dieu lui-même, c'est son représentant sur terre. L'Église et l'État entretiennent donc une relation étroite reposant cependant sur le gallicanisme ; si on s'attaquait au Roi, du fait de son investiture par Dieu, celui-ci était aussi touché. On peut lier l'influence de l'Eglise au poste de « Premier Ministre » toujours confié à un Cardinal, Mazarin sous la régence d'Anne d'Autriche et Richelieu sous Louis XIV qui par ailleurs, est à l'origine de la censure exercées par les censeurs royaux.

Définition : le gallicanisme était une doctrine religieuse et aussi politique qui consistait en l'organisation d'une Église catholique de France mais indépendante de l'autorité du pape. Le pape est cependant considéré comme un « homme » spirituel et juridique auquel on préfère l'autorité des évêques et conciles généraux.


  • Censure royale : le Roi avait beaucoup recours à la censure notamment du point de vue de la culture ; du point de vue des œuvres écrites comme les pièces de théâtre, le Roi devait délivrer son ou ses « privilèges » qui étaient des autorisations d'imprimer que devaient obtenir les auteurs de la part du Roi avant que n'importe quelle édition soient imprimées (aussi appelé « censure royale ». Cependant, le Roi peut devenir le protecteur (tout comme des princes ou autres) de certains artistes n'ayant assez pour vivre, en leur donnant une pension ou un travail à son compte rémunéré. En échange, ceux-ci doivent pratiquer l'autocensure : c'est-à-dire qu'ils doivent modérés leur propos afin de plaire au Roi au risque, dans le cas contraire, de perdre leurs subventions, persécutions, emprisonnement ou bien la mort. Molière ainsi, a eu comme protecteur le prince de Conti puis, après la conversion quelque peu forcée de celui-ci, Molière a obtenu la protecteur du frère de Louis XIV, Philippe D'Orléans qui installera par la suite Molière et sa troupe au Petit-Bourdon. On peut aussi invoquer le désir de Louis XIV qui avait demandé à son ministre Colbert, de créer une direction de librairie qui serait chargée de veille à l'octroi des « privilèges » et nommerait des censeurs afin de simplifier cette organisation. Très exigeant sur les idées véhiculées à cette époque, il désirait avoir le pouvoir sur tout ses sujets et en particulier sur le peuple.

  • Censure par l'Académie française : créée en 1634, elle donne la possibilité au Roi de contrôler les arts et la culture tout en purifiant la langue française avec par exemple le dictionnaire. Mais, le plus important et qu'elle juge les œuvres littéraires en surveillant les écrits afin que rien contre la religion. Pour cela, elle les lisait, critiquait et en changeait même certains passages avant leur publication. Cette censure était qu'elle que peu particulière puisqu'elle se basait sur l'aspect de « plaire » : en effet, les membres de l'Académie française était choisi et plaire permettait d'y entrer ce qui en faisait un privilège. Mais ses membres ne devaient pas être les seuls à plaire puisque le public était et est encore le seul juge d'une œuvre. Selon son goût, l'auteur gagnait plus ou moins beaucoup d'argent. Tout « passait » donc par l'idée de la bienséance, c'est-à-dire de plaire.

  • « Censure indirecte » par la Compagnie du Saint-Sacrement : La censure est, ce que l'on pourrait qualifier de grand « débat » de l'époque puisqu'elle oppose deux partis. Ceux prétendant qu'elle n'a aucune raison(s) d'être comme Molière qui, dans se justifie dans sa préface du Tartuffe ; et ceux qui la préconisent comme certains membres hauts placés. Nous verrons plus en détails Tartuffe dans la suite de l'article.  
« J'insiste sur le fait que la comédie corrige les vices des hommes et peints leurs défauts. » extrait de la préface de « Tartuffe » de Molière « C'est une grande atteinte au vices que de les exposer à la risée de tout le monde. On souffre aisément des répréhensions ; mais on souffre point de la raillerie. On veut bien être méchant, mais on ne veut point être ridicule. » ****   b) Manifestation de la censure
La censure, prend différentes formes notamment avec les contraintes qu'elles imposent. Boileau est ainsi l'investigateur de la fameuse règles des trois unités qu'il avait l'habitude résumer par ces quelques vers : « Qu'en un lieu, en un jour, un seul fait accompli tienne jusqu'à la fin le théâtre accompli » de Boileau
  • Unité de temps : cette unité devait correspondra à une « révolution du soleil » selon Aristote soit environ vingt-quatre heures. Généralement, une représentation durait tout le long de la durée de vie des bougies des chandeliers.  
  • Unité de lieu : les déplacements devaient être limités ; les espaces pouvaient être différents d'une scène à l'autre mais devaient être proches.

 

  • Unité d'action : une seule intrigue principale devait tenir le spectateur en haleine à laquelle pouvait être couplée quelques actions secondaires qu'il fallait cependant minimiser.

Cependant, cette règles des trois unités n'est pas la seule contrainte pour les auteurs.
  • Règle de vraisemblance : elle doit donner une impression de vérité, les spectateurs doivent adhérer à l'intrigue puisqu'elle la pièce est censée et doit représentée la société et les mœurs de l'époque actuelle. Une vérité historique n'est pas nécessaire ; Boileau l'a ainsi décrite :

0 commentaire

Ce document a été mis en ligne par miss_melusine, Elève Grande Ecole.

Il peut comporter des erreurs ou inexactitudes. Mettez une note et laissez un commentaire pour aider cet élève á s'améliorer, ou le féliciter.
L'auteur sera informé automatiquement par email.




miss_melusine

Elève Grande Ecole

Sur intellego depuis le
14 Janvier 2007

A PROPOS DE CE BLOG


Cours mis en ligne dans certaines matières comme économie, langues et enseignement scientifique

ATTENTION : cours de L partiels en français, histoire et anglais (je suis section ES mais dans une classe ES/L)-> cours communs

PROGRAMME 2008-2009

Plan du blog
Quiz au hasard de miss_melusine
A quelle niveau, les neurones communiquent-ils entre eux dans les centres nerveux ?
 
Synapses
Interneurones
 

Intellego a le soutien de la DUI



intellego vous propose un programme d'assistance scolaire, notamment réviser le BAC et le BREVET; vous pouvez maintenant bénéficier de soutien scolaire par Internet, de cours de math gratuits et d'aide aux devoirs en ligne, avec Intellego, qui vous invite à des forums enseignants dynamiques. Pour les révisions du BAC 2013, intellego vous conseille également reviser-bac.fr.