ESPACE revision BAC 2014

Dans cet espace dédié aux révisions du BAC 2014, tu trouveras, pour toutes les séries et toutes les matières, des annales corrigées, des informations pratiques et des fiches conseils pour être au top le jour de l'examen !
LE BAC PAR SERIE

BAC S

BAC ES

BAC L

BAC STMG

BAC STI2D

BAC STD2A

BAC ST2S

BAC STL

BAC Hôtellerie

LE BAC PAR MATIERE

TP du BAC S

Réussir son TPE

BAC de sciences

BAC de français

BAC mathématiques

BAC physique chimie

BAC SVT

BAC Histoire - Géographie

BAC Philosophie

BAC anglais

BAC SES

Annales BAC

LES PLUS POUR LE BAC

Corrigés gratuits bac 2014

Calendrier du bac

Méthodologie bac

Conseils pratiques

QUIZ de révision bac

Aide gratuite en ligne

Oral de rattrapage

Corrigés gratuits bac 2010

Corrigés gratuits bac 2011

Corrigés gratuits bac 2012

Corrigés gratuits bac 2013

Sujets probables bac 2014

Résultats du bac 2014

CORRIGE BAC S 2010 Philosophie - Explication d'un texte de HOBBES, Léviathan


21 Avril 2010 Consulté 10107 fois
annales BAC - Terminale S - Philosophie
Profs
Elèves
Parents
Imprimer Envoyer à un ami Ajouter à ma bibliothèque
Re-publier


Sujet corrigé de l'épreuve du BAC S 2010 de Philosophie

 

Explication d'un texte de Hobbes : Léviathan



Expliquez le texte suivant :

L’ignorance des causes et de la constitution originaire du droit, de l’équité, de la loi et de la justice conduit les gens à faire de la coutume et de l’exemple la règle de leurs actions, de telle sorte qu’ils pensent qu’une chose est injuste quand elle est punie par la coutume, et qu’une chose est juste quand ils peuvent montrer par l’exemple qu’elle n’est pas punissable et qu’on l’approuve. [...] Ils sont pareils aux petits enfants qui n’ont d’autre règle des bonnes et des mauvaises manières que la correction infligée par leurs parents et par leurs maîtres, à ceci près que les enfants se tiennent constamment à leur règle, ce que ne font pas les adultes parce que, devenus forts et obstinés, ils en appellent de la coutume à la raison, et de la raison à la coutume, comme cela les sert, s’éloignant de la coutume quand leur intérêt le requiert et combattant la raison aussi souvent qu’elle va contre eux. C’est pourquoi la doctrine du juste et de l’injuste est débattue en permanence, à la fois par la plume et par l’épée. Ce qui n’est pas le cas de la doctrine des lignes et des figures parce que la vérité en ce domaine n’intéresse pas les gens, attendu qu’elle ne s’oppose ni à leur ambition, ni à leur profit, ni à leur lubricité. En effet, en ce qui concerne la doctrine selon laquelle les trois angles d’un triangle sont égaux à deux angles d’un carré, si elle avait été contraire au droit de dominer de quelqu’un, ou à l’intérêt de ceux qui dominent, je ne doute pas qu’elle eût été, sinon débattue, en tout cas éliminée en brûlant tous les livres de géométrie, si cela eût été possible à celui qui y aurait eu intérêt.

HOBBES, Léviathan

 

 

Proposition de  corrigé

Introduction :

Hobbes est l’auteur du Léviathan, œuvre philosophique très connue dont nous allons étudier un extrait. Les thèmes de ce texte sont variés, il traite en effet tant du droit, de la justice, de l'état que de la raison. Nous constatons à la lecture de l’extrait à analyser que nous sommes confrontés à des jugements différents, de deux sortes, ceux relatifs à ce que l’on pourrait qualifier de juste et d’injuste et ceux qui concernent le vrai et le faux dans un tout autre domaine, à savoir, le domaine des sciences pures comme les mathématiques, la géométrie. Le penseur avance que les premiers sujets sont souvent objet de discordes par opposition aux seconds pour une raison bien précise, il y va de l’intérêt de ce qui est juste ou non relativement aux premiers jugements. Au contraire pour ce qui est des sciences exactes, cet aspect de la question n’est pas envisagée, elles se désintéressent de ce type d’interrogation et ne se soucient que de sa véracité propre et évidente. Hobbes veut en venir au fait que  c’est seulement par le droit et la contrainte que l’on instaurer un ordre dans le monde en accordant les hommes. Dans un premier temps, nous verrons la thèse de manière plus développée de Hobbes en posant la réduction du juste et de l’injuste à la coutume chez les pères, dans une seconde partie nous étudierons les deux sources d’autorité posées par le penseur.

Développement :

I – La thèse de Hobbes : la réduction du juste et de l’injuste à la coutume chez les pères


    Le texte commence (lignes 1 à 5) par une réduction du juste et de l’injuste, selon Hobbes, à la coutume chez les pères : Pour défendre cet aspect de la problématique du juste, il invoque deux raisons qui le justifient, la première par ignorance des causes et de la nature du juste et la seconde par réduction du juste à la coutume. Nous avons ainsi une image modèle du juste qui est « extérieure » et propre au fait par opposition à cette autre idée du juste associée au droit qui est censée venir corriger la première et juger le fait. Il y aurait donc une référence naturelle au juste basée sur « ce qui est, (le fait) et est approuvé par le plus grand nombre et ce qui fait autorité (d’où la comparaison avec l’enfant soumis à l’éducation des parents).

Ce qui domine dans cet extrait est l’évidente relativité de la coutume que l’on retrouve chez de nombreux philosophes comme Pascal par exemple. La coutume en effet entre en antinomie du fait de sa relativité propre avec l’idée d’une justice universelle, ou encore d’une valeur associée à l’universalité.

Transition :

Il y aurait donc une réduction du juste et de l’injuste à la coutume chez les pères, la coutume serait par conséquent toute relative et pourtant le penseur estime que cet accord entre les hommes qui reconnaissent la coutume est sans fondement et de ce fait sans autorité.

II.  Il y a une obéissance à deux autorités différentes

 Mais (lignes 5 à 14) Hobbes souligne que ce qui différencie les hommes des enfants, est qu’ils obéissent à deux autorités : nous avons dans un  premier temps, l’autorité que l’on pourrait qualifier extérieure à la coutume puis en second lieu, l’autorité intérieure à la raison, celle qui est en fait posée comme étant la source légitime du droit. Pouvons ainsi considérer la raison comme le moyen de sortir du relativisme ? Il semblerait que non puisque les hommes n’en font pas un usage toujours très rationnel, y a-t-il un autre moyen de régler cette difficulté ?

Nous savons à la lecture des lignes 13 à 30 qu’il peut y avoir accord relativement aux vérités de la raison que » la doctrine selon laquelle les trois angles d’un triangle sont égaux à deux angles d’un carré n’est pas débattue,  si elle avait été contraire au droit de dominer de quelqu’un, ou à l’intérêt de ceux qui dominent, je ne doute pas qu’elle eût été, sinon débattue ». L’accord est donc envisageable avec l’exemple du théorème d’Euclide sur les angles d’un triangle car il n’y a pas d’intérêt en jeu ni d’enjeu de pouvoir. Il va ainsi de soi, qu’un accord est possible par la raison, on peut établir des principes justes mais les hommes étant déraisonnables lorsqu’il est question d’enjeu de pouvoir par exemple, il faut dans un tel cas de figure imposer les préceptes de la raison. On a ainsi les bases de la théorie politique du philosophe, il faut instaurer un pouvoir absolu pour assurer l’ordre et forcer l’obéissance par un système de sanction.

Conclusion :

Cet extrait nous familiarise avec la théorie politique de Hobbes mais il va de soi que bien d’autres idées et concepts sont à envisager comme par exemple le fait que l’homme ne soit pas juste naturellement, soit par ignorance, soit par avantage, c’est inhérent à sa nature. Nous pourrions reprendre l’idée anti rousseauiste et affirmer que l’homme n’est pas bon naturellement et que la violence s’instaure dès qu’il y a jalousie, comparaison avec autrui, comme c’est le cas dans les communautés primaires non constituées à un niveau civil, d’où la nécessité d’un état et d’un droit positif.

0 commentaire

Ce document a été mis en ligne par Equipe INTELLEGO, Administrateurs du site intellego.

Mettez une note et laissez un commentaire.
L'auteur sera informé automatiquement par email.



Les révisions du BAC
Les dossiers orientation
Le secteur paramédical
Un métier… un emploi !

Les métiers de la mode
Du styliste au webmarketeur

Le secteur banque assurance
Une demande toujours plus forte en profils hautement qualifiés

Le service à la personne
Quels métier, quels diplômes ? Panorama

Procédure Admission PostBac
Comment optimiser ses choix ?

Alternance
Comment trouver son entreprise d'accueil ?

Ecole d'ingénieurs
Faire une prépa ou une prépa intégrée ?

Le BACHELOR
L'international à BAC+3


Cycle court BAC + 2
BTS ou DUT ?

Orthographe et expression écrite : les atouts du C.V de demain
Des progrès à faire !

« Diplôme » et « Titre professionnel », quelles différences ?
Que signifient ces dénominations ?

Réussir ses études en alternance
Dès vos premiers pas, apprenez à éviter les pièges.


L'entrée en CPGE
Quelques conseils d'une prof de prépa

La sécurité sociale étudiante
Un vrai casse-tête ?

Orientation de ses enfants
Comment les aider sans imposer ?



Intellego a le soutien de la DUI



intellego vous propose un programme d'assistance scolaire, notamment réviser le BAC et le BREVET; vous pouvez maintenant bénéficier de soutien scolaire par Internet, de cours de math gratuits et d'aide aux devoirs en ligne, avec Intellego, qui vous invite à des forums enseignants dynamiques. Pour les révisions du BAC 2013, intellego vous conseille également reviser-bac.fr.