ESPACE révisions BAC 2016

Dans cet espace dédié aux révisions du BAC 2016, tu trouveras, pour toutes les séries et toutes les matières, des annales corrigées, des informations pratiques et des fiches conseils pour être au top le jour de l'examen !
LE BAC PAR SERIE

BAC S

BAC ES

BAC L

BAC STMG

BAC STI2D

BAC STD2A

BAC ST2S

BAC STL

BAC Hôtellerie

LE BAC PAR MATIERE

TP du BAC S

Réussir son TPE

BAC de sciences

BAC de français

BAC mathématiques

BAC physique chimie

BAC SVT

BAC Histoire - Géographie

BAC Philosophie

BAC anglais

BAC SES

Annales BAC

LES PLUS POUR LE BAC

Corrigés gratuits bac 2015

Corrigés gratuits bac 2014

Corrigés gratuits bac 2013

Corrigés gratuits bac 2012

Corrigés gratuits bac 2011

Corrigés gratuits bac 2010

Calendrier du bac 2016

Méthodologie bac

Conseils pratiques

QUIZ de révision bac

Aide gratuite en ligne

Oral de rattrapage

Sujets probables bac 2016

Résultats du bac 2016



Résultats de votre recherche "comprenant"

  La mer était brillante et calme, à peine remuée par la marée, et sur la jetée toute la ville du Havre regardait entrer les navires.     On les voyait au loin, nombreux, les uns, les grands vapeurs, empanachés de fumée ; les autres, les voiliers, traînés par des remorqueurs presque invisibles, dressant sur le ciel leurs mâts nus, comme des arbres dépouillés.     Ils accouraient de tous les bouts de l'horizon vers la bouche étroite de la jetée qui mangeait ces monstres ; et ils gémissaient, ils criaient, ils sifflaient, en expectorant des jets de vapeur comme une haleine ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 738 visites
étude de texte - modifié le 19 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
   Ce fut ce jour-là, à quatre heures,comme tous les jours, qu'Alexandre amena devant la porte de la petite maison du ménage Maramballe la voiture de paralytique à trois roues, où il promenait jusqu'à six heures, par ordonnance du médecin, sa vieille et impotente maîtresse.     Quand il eut placé ce léger véhicule contre la marche, juste à l'endroit où il pouvait faire monter facilement, la grosse dame, il rentra dans le logis et on entendit bientôt à l'intérieur une voix furieuse, une voix enrouée d'ancien soldat, qui vociférait des jurons&nbs ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 823 visites
étude de texte - modifié le 3 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
 I     Un de mes amis m'avait dit: "Si tu passes par hasard aux environs de Bordj-Ebbaba, pendant ton voyage, en Algérie, va donc voir mon ancien camarade Auballe, qui est colon là-bas."     J'avais oublié le nom d'Auballe et le nom d'Ebbaba, et je ne songeais guère à ce colon, quand j'arrivai chez lui, par pur hasard.     Depuis un mois, je rôdais à pied par toute cette région magnifique qui s'étend d'Alger à Cherchell, Orléansville et Tiaret. Ell ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 1119 visites
étude de texte - modifié le 3 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
  Le coupable était défendu par un tout jeune avocat, un débutant qui parla ainsi :     - Les faits sont indéniables, messieurs les jurés. Mon client, un honnête homme, un employé irréprochable, doux et timide, a assassiné son patron dans un mouvement de colère qui paraît incompréhensible. Voulez-vous me permettre de faire la psychologie de ce crime, si je puis ainsi parler, sans rien atténuer, sans rien excuser ? Vous jugerez ensuite.     Jean-Nicolas Lougère est fils de gens très honorables qui ont fait de lui u ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 1156 visites
étude de texte - modifié le 3 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
   Les fous m'attirent. Ces gens-là vivent dans un pays mystérieux de songes bizarres, dans ce nuage impénétrable de la démence où tout ce qu'ils ont vu sur la terre, tout ce qu'ils ont aimé, tout ce qu'ils ont fait recommence pour eux dans une existence imaginée en dehors de toutes les lois qui gouvernent les choses et régissent la pensée humaine.     Pour eux l'impossible n'existe plus, l'invraisemblable disparaît, le féerique devient constant et le surnaturel familier. Cette vieille barrière, la logique,. cette vieille muraille, la raison, cette vieille rampe des idées, le ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 929 visites
étude de texte - modifié le 14 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
  M. Lantin, ayant rencontré cette jeune fille, dans une soirée, chez son sous-chef de bureau, l'amour l'enveloppa comme un filet.     C'était la fille d'un percepteur de province, mort depuis plusieurs années. Elle était venue ensuite à Paris avec sa mère, qui fréquentait quelques familles bourgeoises de son quartier dans l'espoir de marier la jeune personne.     Elles étaient pauvres et honorables, tranquilles et douces. La jeune fille semblait le type absolu de l'honnête femme à laquelle le jeune homme sage rêve ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 770 visites
étude de texte - modifié le 2 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
 I     Quand les hommes du port, du petit port provençal de Garandou, au fond de la baie Pisca, entre Marseille et Toulon, aperçurent la barque de l'abbé Vilbois qui revenait de la pêche, ils descendirent sur la plage pour aider à tirer le bateau.     L'abbé était seul dedans, et il ramait comme un vrai marin, avec une énergie rare malgré ses cinquante-huit ans. Les manches retroussées sur des bras musculeux, la soutane relevée en bas et serrée entre les genoux, un peu déboutonnée sur la poitrine, ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 767 visites
étude de texte - modifié le 2 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
 Maître Bontran, le célèbre avocat parisien, celui qui depuis dix ans plaide et obtient toutes les séparations entre époux mal assortis, ouvrit la porte de son cabinet et s'effaça pour laisser passer le nouveau client.     C'était un gros homme rouge, à favoris blonds et durs, un homme ventru, sanguin et vigoureux. Il salua :     - Prenez un siège, dit l'avocat.     Le client s'assit et, après avoir toussé :     - Je viens vous demander, monsieur, ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 1002 visites
étude de texte - modifié le 2 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
 I Ce qu'était, au moral,le docteur Héraclius Gloss     C'était un très savant homme que le docteur Héraclius Gloss. Quoique jamais le plus petit opuscule signé de lui n'eût paru chez les libraires de la ville, tous les habitants de la docte cité de Balançon regardaient le docteur Héraclius comme un homme très savant.     Comment et en quoi était-il docteur ? Nul n'eût pu le dire. On savait seulement que son père et son grand-pèr ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 780 visites
étude de texte - modifié le 2 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
  Il habitait autrefois une petite maison, près d'une grande route, à l'entrée d'un village. Il s'était établi charron après avoir épousé la fille d'un fermier du pays, et comme ils travaillaient beaucoup tous les deux, ils amassèrent une petite fortune. Seulement ils n'avaient pas d'enfants, ce qui les chagrinait énormément. Enfin un fils leur vint ; ils l'appelèrent Jean, et ils le caressaient l'un après l'autre, l'enveloppant de leur amour, le chérissant tellement qu'ils ne pouvaient rester une heure sans le regarder.     Comme il avait cinq a ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 2716 visites
étude de texte - modifié le 2 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
  Personne ne s'étonna du mariage de maître Simon Lebrument avec Mlle Jeanne Cordier. Maître Lebrument venait d'acheter l'étude de notaire de maître Papillon ; il fallait, bien entendu, de l'argent pour la payer ; et Mlle Jeanne Cordier avait trois cent mille francs liquides, en billets de banque et en titres au porteur. Maître Lebrument était un beau garçon, qui avait du chic, un chic notaire, un chic province, mais enfin du chic, ce qui était rare à Boutigny-le-Rebours.     Mlle Cordier avait de la grâce et de la fraîcheur, de la grâce un peu ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 1114 visites
étude de texte - modifié le 2 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
  I     Le wagon était au complet depuis Cannes ; on causait, tout le monde se connaissant. Lorsqu'on passa Tarascon, quelqu'un dit : "C'est ici qu'on assassine." Et on se mit à parler du mystérieux et insaisissable meurtrier qui, depuis deux ans, s'offre, de temps en temps, la vie d'un voyageur. Chacun faisait des suppositions, chacun donnait son avis ; les femmes regardaient en frissonnant la nuit sombre derrière les vitres, avec la peur de voir apparaître soudain une tête d'homme à la port ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 831 visites
étude de texte - modifié le 2 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
 I     Un bon ménage, le ménage Bondel, bien qu'un peu guerroyant. On se querellait souvent, pour des causes futiles, puis on se réconciliait.     Ancien commerçant retiré des affaires après avoir amassé de quoi vivre selon ses goûts simples, Bondel avait loué à Saint-Germain un petit pavillon et s'était gîté là, avec sa femme.     C'était un homme calme, dont les idées, bien assises, se levaient difficilement. Il avait de l'instruction, lisait des journaux graves e ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 815 visites
étude de texte - modifié le 2 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
   J'allais revoir mon ami Simon Radevin que je n'avais point aperçu depuis quinze ans.     Autrefois c'était mon meilleur ami, l'ami de ma pensée, celui avec qui on passe les longues soirées tranquilles et gaies, celui à qui on dit les choses intimes du coeur, pour qui on trouve, en causant doucement, des idées rares, fines, ingénieuses, délicates, nées de la sympathie même qui excite l'esprit et le met à l'aise.     Pendant bien des années nous ne nous étions guère quittés. Nous avions vécu, voyagé, songé, rêvé ensemble, ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 629 visites
étude de texte - modifié le 4 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
  On racontait des aventures et des accidents de chasse, après dîner. Un vieil ami de nous tous, M. Boniface, grand tueur de bêtes et grand buveur de vin, un homme robuste et gai, plein d'esprit, de sens et de philosophie, d'une philosophie ironique et résignée, se manifestant par des drôleries mordantes et jamais par des tristesses, dit tout à coup:     - J'en sais une, moi, une histoire de chasse, ou plutôt un drame de chasse assez singulier. Il ne ressemble pas du tout à ce qu'on connaît dans le genre; a ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 858 visites
étude de texte - modifié le 4 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
 I     Devant la porte de la maison, demi-ferme, demi-manoir, une de ces habitations rurales mixtes qui furent presque seigneuriales et qu'occupent à présent de gros cultivateurs, les chiens, attachés aux pommiers de la cour, aboyaient et hurlaient à la vue des carnassières poilées par le garde et des gamins. Dans la grande salle à manger-cuisine, Hautot père, Hautot fils, M. Bermont, le percepteur, et M. Mondaru, le notaire, cassaient une croûte et buvaient un verre avant de se mettre en chasse, car c'était jour d' ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 2937 visites
étude de texte - modifié le 4 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
  Toute la presse a répondu dernièrement à l'appel de la Société protectrice des animaux, qui veut fonder un asile pour les bêtes. Ce serait là une espèce d'hospice, et un refuge où les pauvres chiens sans maître trouveraient la nourriture et l'abri, au lieu du noeud coulant que leur réserve l'administration.     Les journaux, à ce propos, ont rappelé la fidélité des bêtes, leur intelligence, leur dévouement. Ils ont cité des traits de sagacité étonnante. Je veux à mon tour raconter l'histoire d'un chien perdu, mais d'un chien du commun, laid, d'allure ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 1041 visites
étude de texte - modifié le 4 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
 I     La victoria fort élégante, attelée de deux superbes chevaux noirs, attendait devant le perron de l'hôtel. C'était à la fin de juin, vers cinq heures et demie, et, entre les toits qui enfermaient la cour d'honneur, le ciel apparaissait plein de clarté, de chaleur, de gaieté.     La comtesse de Mascaret se montra sur le perron juste au moment où son mari, qui rentrait, arrivait sous la porte cochère. Il s'arrêta quelques secondes pour regarder sa femme, et il pâlit, un pe ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 1535 visites
étude de texte - modifié le 12 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
 Nous allions sortir de l'Asile quand j'aperçus dans un coin de la cour un grand homme maigre qui faisait obstinément le simulacre d'appeler un chien imaginaire. Il criait, d'une voix douce, d'une voix tendre : "Cocotte, ma petite Cocotte, viens ici, Cocotte, viens ici, ma belle" en tapant sur sa cuisse comme on fait pour attirer les bêtes. Je demandai au médecin :     - Qu'est-ce que celui-là ?     Il me répondit :     - Oh ! celui-là n'est pas intéressant. C'est un cocher, nommé François, devenu fou après avoir noyé son chien. ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 4358 visites
étude de texte - modifié le 14 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
I     On allait là, chaque soir, vers onze heures, comme au café, simplement.     Ils s'y retrouvaient à six ou huit, toujours les mêmes, non pas des noceurs, mais des hommes honorables, des commerçants, des jeunes gens de la ville ; et l'on prenait sa chartreuse en lutinant quelque peu les filles, ou bien on causait sérieusement avec Madame, que tout le monde respectait.     Puis on rentrait se coucher avant minuit. Les jeunes gens quelquefois restaient.     La maison était familiale, toute petite, peinte e ...

Français  

Note moyenne

0 commentaire 1172 visites
étude de texte - modifié le 14 Janvier 2009 par tompouce, Elève 2nde
page 1/2
1
2
... suiv >




Intellego a le soutien de la DUI