Se souvenir de mon pseudo Mot de passe oublié ? | Aide
ESPACE REVISION BAC 2015

Dans cet espace dédié aux révisions du BAC 2015, tu trouveras, pour toutes les séries et toutes les matières, des annales corrigées, des informations pratiques et des fiches conseils pour être au top le jour de l'examen !
LE BAC PAR SERIE

BAC S

BAC ES

BAC L

BAC STG

BAC STI2D

BAC STD2A

BAC ST2S

BAC STL

BAC Hôtellerie

LE BAC PAR MATIERE

Réussir son TPE

BAC de français

BAC mathématiques

BAC physique chimie

BAC SVT

BAC Histoire - Géographie

BAC Philosophie

BAC anglais

BAC SES

Annales BAC

LES PLUS POUR LE BAC

Calendrier du bac

Méthodologie bac

Conseils pratiques

QUIZ de révision bac

Aide gratuite en ligne

Oral de rattrapage

Corrigés gratuits bac 2010

Corrigés gratuits bac 2011

Corrigés gratuits bac 2012

Sujets probables bac 2012

Résultats du bac 2012

ESPACE REVISION BREVET 2015

Si tu es en 3ème, tu trouveras dans cet espace tout pour réviser ton BREVET : les annales, cours, exercices, quiz, conseils et informations pratiques.

 Les forums d'aide aux devoirs intellego


  Besoin d'aide ? Envie d'aider ?


      1 -> Identifiez-vous sur le forum
      2 -> Choisissez votre forum
      3 -> Participez à une discussion
      ou
      Posez votre question
      en cliquant sur une "nouvelle discussion"

 CHARTE FORUM INTELLEGO

Pas de langage SMS.

Politesse et remerciements.

Effort sur l'orthographe.

Pas de devoir à ta place.

Rappel pour les mineurs : 
ne donne jamais des informations personnelles


Vous êtes dans le forum : Terminale Révisions BAC - Philosophie  
Dissertation: L’opinion peut-elle se prétendre vraie?
Envoyé par: Jajawe (Adresse IP conservée)
Date: mer. 11 octobre 2017 23:29:09

Voilà pour ce sujet j’ai commencé à travailler, à chercher et je voudrais savoir si je me dirige sur une bonne voie:
L’opinion peut-elle se prétendre vraie ?


Voici mon intro, que pensez vous de ma problématique et de mon plan, c’est ma première dissertation soyez indulgent s’il vous plaît.


Les instituts de sondage à l’image de l’Insee, sont des marqueurs de l’importance dans nos sociétés des opinions. L’opinion est au cœur des préoccupations, l’opinion des classes populaires sur certaines mesures gouvernementales ou l’opinion des habitants de Paris sur les changements des transports en commun ou d’autres. Mais l’opinion est-elle habilitée à représenter la vérité ?; La vérité est-elle l’image de l’opinion ? L’opinion est pourtant la somme des croyances, préjugés et expériences de chacun, elle ne représente donc pas la vérité mais la représentation de certains sur un sujet précis. Cependant il existe des opinions vraies, dans le sens où l’opinion émise est vraie et juste.
Comment l’opinion peut se considérer comme vraie sans être démontré ?
1) L’opinion somme du vécu
2) La vérité est démontrable, finie et certaine
3) L’opinion est le commencement de la recherche du vraie


Re: L’opinion peut-elle se prétendre vraie?
Envoyé par: PMV (Adresse IP conservée)
Date: jeu. 12 octobre 2017 14:21:01

Bonjour,


Inutile d'être indulgent, ton texte est très bien, il pose clairement le problème. Tu pourrais approfondir ta définition de l' "opinion". Je reprends ta première phrase : "Les instituts de sondage à l’image de l’Insee, sont des marqueurs de l’importance dans nos sociétés des opinions". (j'aurais plutôt écrit : "de l'importance des opinions dans nos sociétés"). D'après ce que je comprends, tu fais une confusion (très intéressante et révélatrice) : En effet, l'Insee n'est pas un institut de sondage, c'est un organisme qui fournit des statistiques. Il ne révèle donc pas des "opinions", mais des "faits", établis scientifiquement et vérifiables. L'institut de sondage demandera à un "panel représentatif" de la population : "Pensez-vous qu'il y a trop d'accidents de la route ?" - au demeurant, question idiote, personne ne dirait qu'il n'y a pas assez d'accidents de la route, mais elle peut faire émerger un ressenti sur le niveau de sécurité routière en France. L'Insee (ou un organisme de statistique similaire) dira : En 2016, il y a eu 3469 tués sur les routes. On voit la différence : le sondage d'opinion met en lumière un "ressenti", une "impression", voire une "croyance". Ce n'est plus tout à fait une ignorance complète du sujet (j'ai au moins une vague idée sur la question, sinon je ne répondrais pas), mais c'est loin d'être un "savoir" (je serais bien incapable de donner un chiffre). On pourra reprendre la définition de Platon : l'opinion est un état intermédiaire entre l'ignorance et la connaissance (La République), c'est le niveau le plus bas du savoir. Et l'on pourrait citer Pascal : "Ceux qui jugent d’un ouvrage sans règle sont à l’égard des autres comme ceux qui ont une montre à l’égard des autres. L’un dit : il y a deux heures ; l’autre dit : il n’y a que trois quarts d’heure. Je regarde ma montre et je dis à l’un : vous vous ennuyez, et à l’autre : le temps ne vous dure guère, car il y a une heure et demie. Et je me moque de ceux qui disent que le temps me dure à moi et que j’en juge par fantaisie. Ils ne savent pas que j’en juge par ma montre." (Pensées).


Je me demande dans quels domaines l'opposition entre opinion et vérité aurait un sens, car les deux notions ne se situent pas sur un même plan. La vérité (mot qui, dans ta définition, "démontrable, finie et certaine" ne peut guère se concevoir que dans le domaine des sciences "exactes") existe-t-elle dans le domaine des sciences humaines ? Y a--t-il une réponse vraie, démontrable, incontestable à la question "Y a-t-il trop d'étrangers en France ?" (sondage Ipsos Sopra-Steria 2017 pour Le Monde. Je triche un peu, la question n'était pas : "Y a-t-il", mais "Pensez-vous qu'il y a"...). 65% des sondés ont répondu "Oui". L'Insee fournira des chiffres exacts, c'est son rôle, ces chiffres montreront que le nombre d'étrangers en France est très inférieur en pourcentage à celui de l'Allemagne, de la Belgique, de l'Irlance, etc. Il n'en restera pas moins que le ressenti de 65% de la population sera une vérité, et que n'importe quel gouvernement devra en tenir compte. Et à la pensée de Pascal sur la subjectivité des opinions, quelle serait la bonne réponse entre les chiffres de la Sofres disant : "50% des gens interrogés ont répondu : 2 heures" - "50% ont répondu :45 minutes" - et les données de l'Insée, fondées sur la parfaite exactitude de sa montre : "Il s'est écoulé exactement 1h30". Ces trois avis ne constitueraient-ils pas en fait trois vérités d'égale importance ? 1°) 50% des gens se sont ennuyés - 2°) 50% n'ont pas vu le temps passer - 3°) 90 minutes se sont écoulées ?


Je m'interroge sur la pertinence de ton plan - mais bon, sans en connaître l'articulation exacte, c'est presque une question sans objet. Si je comprends bien, tu envisages une partie sur l'opinion, une partie sur la vérité, et une synthèse (intéressante) ou tu montrerais que l'une est quasiment indispensable à l'autre. Mais tout ça risque d'être un peu scolaire, mou, un peu "gnangnan", bref, manquer de peps, de pêche, de polémique, d'engagement, de prise de position. Ça risque d'être un devoir d'élève (de bon élève d'accord) plutôt qu'un texte de philosophe engagé dans son époque.


Le sujet se prête à la polémique, je trouve qu'il serait intéressant de l'illustrer par des problèmes d'actualité. Cela montre que l'élève n'est pas simplement une machine à restituer des cours, mais qu'il a la capacité de s'interroger sur son époque, de soulever des problèmes actuels, bref, qu'il a l'esprit philosophique plutôt que l'esprit scolaire. Par exemple, en cette année d'élection, on pourrait se demander si le système démocratique n'est pas un magnifique exemple du triomphe des opinions érigées en vérités absolues ? Qu'est-ce qu'un bulletin glissé dans l'urne, sinon l'expression d'une opinion ? Qui vote réellement en connaissance de cause (serait-ce seulement possible), en ayant lu scrupuleusement tous les programmes, en ayant regardé tous les débats, en ayant sollicité des éclaircissements sur des points obscurs ? Il y en a, sans doute, mais ce n'est qu'une infime minorité. La plupart des gens votent selon des traditions familiales - on est de gauche ou de droite comme on est catholique, juif ou athée - sur l'allure du candidat - celui-là, il a une bonne tête, avec celui-là on ne va pas s'amuser, il ne sourit jamais - sur des ressentis personnels, des ressentiments ou des espérances. Bref, rien n'est moins scientifique et plus tributaire des opinions qu'une élection présidentielle (sinon, un ordinateur bien programmé suffirait à désigner le candidat le plus apte à la fonction).


On pourrait aussi évoquer les manipulations de l'opinion publique (la "doxa", utilise le mot, c'est un point de gagné), les manipulations de masse, les "théories du complot" qui prolifèrent grâce à Internet. Il y a du grain à moudre en sortant un peu des sentiers battus. On pourrait s'interroger sur l'expression : se "forger" une opinion, qui fait image avec le forgeron, le travail du métal, solide, dur. Se "construire" une opinion, c'est poser des pierres l'une après l'autre, et, pourquoi pas, rectifier une pierre mal posée, la remplacer par une autre plus adaptée. Se "forger" une opinion, c'est tordre ses idées, les frapper violemment pour leur donner former, c'est acquérir une "conviction" à laquelle on croit "dur comme fer". Car il y a plusieurs degrés dans la gamme des opinions, depuis la vague et molle adhérence, depuis l'intuition jusqu'à la croyance et à la conviction. Cette dernière n'est pas à prendre à la légère. Même impossible à prouver, elle a force de loi : elle peut envoyer des gens en prison pour le reste de leurs jours, c'est "l'intime conviction" des jurés qui prononceront ou non la culpabilité, même sans aucune preuve matérielle. Je pense au texte de Bayle sur la Comète, publié en 1983 : "Que ne pouvons-nous voir ce qui se passe dans l'esprit des hommes lorsqu'ils choisissent une opinion ! Je suis sûr que si cela était nous réduirions le suffrage d'une infinité de gens à l'autorité de deux ou trois personnes qui, ayant débité une doctrine que l'on supposait qu'ils avaient examinée à fond, l'ont persuadée à plusieurs autres par le préjugé de leur mérite, et ceux-ci à plusieurs autres qui ont trouvé mieux leur compte, pour leur paresse naturelle, à croire ce qu'on leur disait qu'à l'examiner soigneusement." Est-ce qu'on n'a pas tendance, par paresse, par lâcheté, par bêtise, parfois, à adopter sans condition les points de vue de gens qui se prétendent spécialistes et qu'on pense, - à tort ou à raison -, plus qualifiés que nous ?
[fr.wikipedia.org]


On ne peut pas aller dans cette voie sans évoquer les "dogmes", des vérités absolues non prouvées dont la négation, appelée hérésie, pouvait conduire aux bûchers de l'Inquisition. Nier l'existence de Dieu, aujourd'hui encore dans certains pays, est passible de la peine de mort. Et contester le dogme de la version officielle des attentats du 11 septembre 2001 conduit à une sorte d'exécution sociale dont Bigard ou Marion Cotillard ont pu mesurer la terrible efficacité. Bigard ne s'y est d'ailleurs trompé, puisqu'il a déclamé dans un de ses spectacles un très amusant acte de contrition, calqué sur celui que Galilée a exprimé en s'excusant d'avoir osé mettre en doute le dogme officiel et prétendant la terre n'était pas immobile au centre de l'univers et tournait autour du soleil. 'Et pourtant... elle tourne'.


Et puis - les idées me viennent au fur et à mesure, dans le désordre, mais heureusement, je n'ai pas de devoir à rendre - n'y a-t-il pas aussi manipulation dans le traitement et l'interprétation des opinions qui forment la doxa ? Les instituts de sondage sont-ils parfaitement neutres et honnête ? N'y a-t-il pas une façon de poser les questions qui induit les réponses ? On parle alors de "questions orientées" :
[www.francetvinfo.fr]


Voilà quelques idées, à développer, à réfuter, ou à ignorer, mais bon, si tu restes sur le plan annoncé, c'est tout à fait très bien. Toutefois, attention de ne pas papillonner dans tous les sens comme je le fais, ce qui amène - une idée en appelant une autre - à sortir du sujet. Il faut toujours rester dans le cadre de la question posée.


Cordialement.


J'ajoute - sans rapport avec le sujet - qu'il faut beaucoup de mérite pour poster une réponse sur ce forum truffé de bugs. A-t-on rédigé son texte et cliqué sur le bouton "Envoyer" que tout disparaît et que l'écran affiche le message : "vous n'avez pas renseigné le champ "sujet" - En effet, ce champ ne se remplit plus automatiquement. Il faut donc tout réécrire, et surtout ne pas chercher à corriger : dans ce cas, l'option "Modifier l'envoi" ne permet pas de ré afficher le texte pour y rajouter une virgule ou corriger un mauvais accord, mais efface tout. Il faut donc tout réécrire. C'est pourquoi je ne corrigerai pas. S'il reste des fautes d'orthographe ou de grammaire, malgré ma relecture, désolé, il faudra faire avec.




Si vous souhaitez répondre ou initier une discussion pour poser une question, vous devez être inscrit sur intellego et vous identifier sur le forum
Cliquez ici pour vous inscrire sur intellego.

Les forums d'aide aux devoirs


BAC 2013

BAC S

BAC ES

BAC L

BAC STG

BAC STI2D

BAC STD2A

BAC ST2S

BAC STL

BAC Hôtellerie


BAC de français

BAC mathématiques

BAC physique chimie

BAC SVT

BAC Histoire - Géographie

BAC Philosophie

BAC anglais

BAC SES


Réussir son TPE

Annales corrigées BAC

Calendrier du bac

Méthodologie bac

QUIZ de révision bac

Aide gratuite en ligne

Oral de rattrapage


Corrigés gratuits bac 2010

Corrigés gratuits bac 2011

Corrigés gratuits bac 2012


Sujets probables bac 2013


Résultats BAC 2012

BREVET 2013

BREVET de Maths

BREVET de Français

Dictée du BREVET

BREVET d'Histoire Géographie

QUIZ de révision du BREVET

Calendrier BREVET 2012

Calcul des points du BREVET 2012


Résultat GRATUIT du BREVET 2012


Sujets corrigés BREVET 2012

Sujets corrigés BREVET 2011

Sujets corrigés BREVET 2010

Sujets corrigés BREVET 2009

DOSSIERS de la REDACTION

Orientation
Vie scolaire
Culture
Santé
Soutien scolaire

TESTS D’ORIENTATION

Etes-vous fait pour la FAC ?
Atout métier
Atout orientation collège et lycée