Espace Scolarité


Le coaching jeunes générations ou coaching scolaire


On entend parler de « coaching» dans tous les domaines, et notamment dans le domaine scolaire, sans savoir de façon précise de quoi il s'agit.

Nous avons donc demandé à une professionnelle, Cathy Lemer, coach diplômée, de nous expliquer ce qu'est le coaching scolaire, à quels types de besoins il répond, comment se déroulent les séances et ce qu'un jeune peut en attendre.


« Coaching Déco », « Love Coaching », « Coaching Immobilier » …. Le mot coaching est tellement décrié, dévoyé voire tout simplement détourné, qu’on peut se demander pourquoi certains professionnels (dont moi) l’utilisons encore. Et pourtant, à mes yeux, la posture de coach est suffisamment différente de toutes celles que je connais pour qu’il reste important de conserver ce mot dans notre vocabulaire (1). Cette parenthèse étant faite, qu’est-ce qu’est le coaching jeunes générations ou coaching scolaire ?


Pour cadrer notre propos, je vous propose la définition que je transmets à des stagiaires (souvent enseignants d'ailleurs) qui désirent devenir coach scolaire :


« Le coaching scolaire est l’accompagnement professionnel de jeunes gens dans le cadre de leurs objectifs scolaires et professionnels. Cet accompagnement est réalisé par un coach dont c’est le métier, qui a une connaissance spécifique et des outils adaptés à l’accompagnement de jeunes. Cet accompagnement vise à la fois à la réalisation du plein potentiel du jeune mais également à son autonomisation et à la recherche de plaisir dans le cadre de ses études. Le coach respecte, dans son accompagnement, à la fois son jeune client mais également l’ensemble du système dans lequel celui-ci s’inscrit (parents, école, système éducatif). »

Cette définition mérite sans doute de nombreux remaniements mais a le mérite de mettre en évidence trois points qui me semblent essentiels dans le coaching des jeunes:


- Le coaching scolaire est une démarche spécifique, faite par un professionnel, pour des jeunes gens qui sont en âge de travailler et de prendre des décisions pour eux et non pas « pour » ou « contre » leurs parents. On établit l’âge minimum de cette condition aux alentours de 15 ans.
- Le coach scolaire n’accompagne pas, comme certains le pensent, les jeunes uniquement dans un souci de performance. Ce n’est pas un accompagnement élitiste pour les plus nantis intellectuellement ou culturellement. Le coach scolaire vise la pleine réalisation de son potentiel pour chaque client, quel que soit ce potentiel. Il se veut également guide vers la réalisation de soi et la découverte du plaisir dans les études ou le premier emploi.
- Le coach scolaire doit prendre en compte non seulement son jeune client mais également le système dans lequel il se trouve. La tâche du coach scolaire sera dès lors d’aider son jeune client à tracer sa voie en respectant le système éducatif au sens large dans lequel il s’inscrit.Ce respect du système permet au jeune de s’inscrire dans la société à long-terme et à trouver auprès de ses proches (parents, famille élargie, professeurs, supérieur hiérarchique …) des alliés souvent fort utiles.

Quand on présente le coaching comme un accompagnement permettant la réalisation de meilleures performances avec plus de plaisir, on peut imaginer que tout élève serait un bon candidat coaché. Il n’en est rien. Pour qu’un individu (jeune ou adulte) bénéficie totalement d’un coaching, il faut qu’il remplisse deux critères :

- Il faut d’abord que le futur coaché présente un niveau d’énergie minimal et une stabilité émotionnelle suffisante pour pouvoir mobilier a minima cette énergie. Ainsi, on ne peut coacher une personne dépressive, une personne atteinte de troubles psychiatriques, voire même des sujets profondément influencés par des substances chimiques (drogues dures ou drogues douces surconsommées).
- Il faut ensuite que le futur coaché, le jeune dans notre cas, ait envie qu’un changement s’opère dans sa vie. Pour que nous ayons envie d’un tel changement, il ne suffit pas qu’il y ait un problème (de mauvaises notes par exemple), il faut également que le futur coaché considère lui-même (et non ses proches ou son employeur) comme un problème.



Ces deux critères sont en général évalués par le coach au décours de la première séance. S’ils ne sont pas remplis, le coaching n’est pas la méthode adaptée au client et l’accompagnement s’arrêtera là (souvent en proposant un relais par un autre professionnel, par exemple un professionnel de la santé). Sinon le coaching pourra se poursuivre et visera à répondre aux attentes à la fois des parents mais également voire surtout du jeune lui-même.



Les demandes en coaching de jeunes sont multiples mais on peut les classer en trois grandes catégories :

- Le coaching d’orientation vise à accompagner le jeune à définir sa voie scolaire et professionnelle en rapport avec sa personnalité, ses envies, son potentiel et les contraintes sociales et financières qui lui sont imposées.
- Le coaching de motivation vise à permettre au jeune de trouver plus de sens, plus de plaisir et plus de discipline personnelle dans ses études. L’ensemble visant à lui permettre plus d’implication (présence en cours, travail personnel …).
- Le coaching de performance permet quant à lui d’accroître chez le jeune (ado ou jeune adulte) à avoir les réflexes propices à une meilleure scolarité (meilleure gestion du temps, du stress face aux examens, de la prise de parole en public, des compétences scolaires …).


Comme on peut s’en douter, ces différentes problématiques se recoupent souvent et la remotivation passe parfois par le choix d’une orientation professionnelle comme par l’acquisition de meilleures compétences d’organisation ou autre. C’est au cours de la première rencontre que le coach proposera à son coaché une stratégie d’approche qui lui semblera la plus adaptée à la situation.


L’ensemble du travail comprend en général entre 3 et 10 séances d’1h30 ; le coaching est un processus souvent court car visant à l’autonomie du jeune. Il est particulièrement bien adapté à cette jeune population, très demandeuse de sens et de résultats. Mais comme une illustration vaut toujours mieux qu’un discours, je terminerai cette brève description par un court extrait de coaching.


Bastien a 17 ans, il vient accompagné de ses parents car au décours de son année de Terminale, il a perdu confiance en lui et en ses capacités à réaliser son projet de devenir médecin. Il ne sait plus si les études et le métier lui conviennent encore et sa démotivation se voit dans ses notes qui ont sensiblement chutées. J’ai proposé à Bastien un accompagnement sur 6 séances espacées de 15 jours chacune. Après une première rencontre avec ses parents, nous nous sommes vus 3 fois pour valider son projet. A travers une réflexion approfondie sur les métiers alternatifs auxquels il pensait et sur son projet de vie futur, Bastien a pris conscience non seulement que son projet d’études était toujours d’actualité mais qu’il avait une vision très précise de quel type de médecin il voulait être, animé par des valeurs de partage et de soutien humanitaire. Fort de cet engagement profond, Bastien a travaillé durant nos deux dernières séances à l’élaboration (et la mise en place) d’un plan d’action qui lui a permis de récupérer de bonnes notes et d’être prêt à passer son bac S (qu’il a obtenu avec mention). A l’issue de ce travail, Bastien m’a écrit ce petit mot : « Chère Madame, je n’étais pas certain de venir vous voir quand ma mère m’en a parlé au mois de février. Mais aujourd’hui je suis très content, j’ai retrouvé ma confiance et mon envie de foncer. »

J'aimerais terminer sur cette phrase de Bastien qui reflète bien ce que peut apporter le coaching : du sens et une mise en action.

24 mars 2011 - Cathy Lemer


(1) Plusieurs traductions en Français ont été proposées, dont celle de « mentorat » mais malheureusement aucune ne traduit spécifiquement la posture du coaching, c'est pour cette raison que de nombreux coachs francophones, même fortement attachés à la langue de Molière continuent à utiliser le mot anglais « coaching » (Rappelons nous que ce mot vient de « cocher » et saluons cette lointaine ascendance française).


Cathy LEMER est Docteur en Psychologie, Maître praticien PNL et coach depuis 2003.
Fondatrice d’Elevatio, elle est formatrice en Coaching Scolaire.
www.elevatio.fr






Les dossiers orientation de la rédac
Comment faire son CV ?
Comment faire son CV en 10 questions


Comment faire une lettre de motivation ?
Les 10 questions qu'on se pose

Procédure Admission PostBac
Comment optimiser ses choix ?

Le secteur paramédical
Un métier… un emploi !

Les métiers de la mode
Du styliste au webmarketeur

Le secteur banque assurance
Une demande toujours plus forte en profils hautement qualifiés

Le service à la personne
Quels métier, quels diplômes ? Panorama

Alternance
Comment trouver son entreprise d'accueil ?

Ecole d'ingénieurs
Faire une prépa ou une prépa intégrée ?

Le BACHELOR
L'international à BAC+3


Cycle court BAC + 2
BTS ou DUT ?

Orthographe et expression écrite : les atouts du C.V de demain
Des progrès à faire !

« Diplôme » et « Titre professionnel », quelles différences ?
Que signifient ces dénominations ?

Réussir ses études en alternance
Dès vos premiers pas, apprenez à éviter les pièges.


L'entrée en CPGE
Quelques conseils d'une prof de prépa

La sécurité sociale étudiante
Un vrai casse-tête ?

Orientation de ses enfants
Comment les aider sans imposer ?

intellego vous propose l'actualité de la culture et de l'éducation, ainsi que des dossiers pour les parents sur l'orientation et la scolarité des adolescents, et pour réviser le BAC et le BREVET.